Chiffres chocs sur les inégalités : il est temps de passer à l’action et de soutenir une économie centrée sur l’humain

30/01/2017

A la veille du Forum économique de Davos, en janvier 2017, Oxfam a dénoncé encore une fois l’augmentation des inégalités dans le monde. Le rapport « Une économie au service des 99% » révèle que l’écart entre riches et pauvres n’a jamais été aussi important et dénonce un système économique injuste, qui profite seulement à une minorité, au détriment du plus grand nombre. 

La crise des inégalités est beaucoup plus importante que nous ne le craignions. Elle compromet la lutte contre la pauvreté et menace la stabilité de la société. Selon la Banque mondiale, à moins de redoubler d’efforts pour lutter contre les inégalités, la communauté internationale ne parviendra pas à atteindre son objectif d’éradiquer l’extrême pauvreté d’ici 2030.

Des chiffres chocs sur les inégalités

- Aujourd’hui, seuls 8 hommes détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité. Huit personnes face à 3,6 milliards d’autres : une nouvelle illustration de l’ultra-concentration des richesses aux mains de quelques individus.

-Sept personnes sur dix vivent dans un pays où les inégalités se sont accentuées au cours des trente dernières années.

-Les plus fortunés accumulent les richesses à un tel rythme que le premier "super-milliardaire" du monde pourrait voir son patrimoine dépasser 1000 milliards de dollars dans 25 ans à peine. Il faudrait débourser un million de dollars par jour pendant 2 738 ans pour pouvoir dépenser une telle somme.

-Un PDG d’une entreprise du FTSE (les cent entreprises britanniques les plus capitalisées et cotées à la bourse Londres) gagne en un an autant que 10 000 ouvriers de l’industrie textile au Bengladesh.

-En France aussi, les inégalités se creusent toujours d’avantage : seuls 21 milliardaires possèdent autant que les 40 % les plus pauvres de la population française. Et, alors que le niveau de vie mensuel moyen des plus riches a progressé de 272 euros de 2003 à 2014, celui des plus pauvres a diminué de 31 euros.

Un constat éloquent, largement repris dans les médias

Ce sont des chiffres qui ne laissent pas indifférent. De nombreux médias les ont en effet repris et ont parlé du rapport et des solutions envisagées par Oxfam pour faire face à la crise des inégalités. Durant la semaine du Sommet de Davos, vous aurez probablement entendu parler d’Oxfam à la radio, à la télévision, ou encore en lisant votre journal.

Manon Aubry, responsable de plaidoyer sur les questions d’inégalités et justice fiscale a parlé aux micros de France Inter, France Culture, France Info (tv et radio) et RMC, pour en citer quelques-uns. Elle est intervenue également au 20h de France 2 et au journal de France 24. L’analyse d’Oxfam a également retenu l’attention du journal de LCI et de celui d’Arte, de BFM Business et de C8.

Sur France Inter, l’humoriste Audrey Vernon, a dédié sa chronique au rapport d’Oxfam.

Côté presse écrite, la question des inégalités a également suscité le débat, avec des articles dans La Croix, Le Parisien, Le Monde, sans oublier Les Echos, Mediapart, Ouest France ou encore le Huffington Post. Et le site Konbini en a également parlé.

Une tribune de Winnie Byanima, directrice générale d’Oxfam International, publiée dans Le Monde Afrique, y dénonce l’impact des inégalités sur le continent africain. En clôture du Sommet de Davos, une tribune de Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, dénonçant l’accroissement des inégalités et illustrant des solutions pour y faire face, a été publiée sur Libération.

Une économie centrée sur l’humain, au service du plus grand nombre

Mais ces inégalités ne sont pas une fatalité. Avec ce nouveau rapport, Oxfam rappelle encore une fois que des solutions existent pour inverser cette tendance et mettre un terme aux inégalités croissantes. Ces solutions passent par un changement de paradigme, vers une alternative plus solidaire. Ensemble, nous devons créer un nouveau sens commun et concevoir une économie centrée sur l’humain, qui profite à tous, et non à quelques privilégiés. Une économie qui serait synonyme de sociétés meilleures et plus justes, dans lesquelles les richesses seraient partagées de manière équitable.

Engageons-nous pour une France solidaire !

Nous avons encore la possibilité de mettre un terme aux inégalités et de réduire le fossé croissant entre riches et pauvres et de changer le statu quo.

En France, en vue des prochaines élections présidentielle et législatives, Oxfam appelle donc les candidat-e-s aux à prendre le parti de la solidarité.

Mobilisez-vous et demandez aux futurs président-e élu-e et député-e-s d’agir pour une France solidaire dans le monde.