Rencontre avec Jane, militante pour l’égalité au Kenya

03/02/2017

-

Jane vit et travaille dans le quartier de Kawangware, à Nairobi. Elle est commerçante et vend des objets artisanaux qu’elle confectionne en bordure de route. Dans un quartier dépourvu de routes carrossables et alimenté en eau courante seulement trois jours par semaine, les commerçants comme Jane se voient toutefois imposer une taxe locale de 50 shillings kenyans par jour. Un coût très élevé qui pèse considérablement sur leur activité et leurs commerces, dont la valeur des stocks ne dépasse pas les 100 ou 200 shillings.

Une situation inacceptable quand on sait que, en parallèle, le gouvernement kenyan octroie des incitations fiscales aux grandes entreprises implantées dans les zones économiques spéciales. Le Kenya perd ainsi chaque année 1,1 milliard de dollars en exonérations fiscales accordées aux entreprises, soit près du double du budget de la santé dans un pays où une femme sur 40 décède lors de l'accouchement. L'écart entre les riches et les pauvres est désormais hors de contrôle : alors que la fortune nette des plus riches est de plus de 70 milliards de shillings kényans (700 millions de dollars), environ 2,2 millions de résidents de Nairobi travaillent encore dans le secteur informel et vivent dans des bidonvilles. Ces chiffres sont la conséquence d’un système économique injuste et défaillant, qui profite seulement à une minorité, au détriment du plus grand nombre.

Exigeons une économie au service du plus grand nombre

Mais cette situation n’est pas une fatalité. Pour de nombreuses personnes, comme Jane, les inégalités sont une réalité au quotidien. Et elles se battent chaque jour pour inverser cette tendance. Jane fait partie du groupe « Shining Mothers » (les mères lumineuses), qui forme d’autres femmes de la communauté au sujet de leurs droits fondamentaux et leur apprend à gérer un commerce. Elles s’expriment aussi collectivement pour demander aux autorités locales de mieux protéger et soutenir leurs activités. Les Shining Mothers ont ainsi obtenu que la taxe locale imposée aux commerçants soit dorénavant collectée seulement deux fois par semaine.

Jane et les Shining Mothers apportent ainsi chaque jour leur contribution pour construire une économie centrée sur l’humain, au service du plus grand nombre.

Rejoignez-les dans ce combat contre les inégalités, pour exiger une économie qui profite à tous, non seulement à une minorité.

Demandez aux futurs président-e élu-e et député-e-s d’agir pour une France solidaire dans le monde.