Le 8 décembre, je marche pour le climat !

Le 8 décembre prochain auront lieu, dans toute la France, de grandes marches citoyennes pour le climat, rappelant l’urgence d’agir à tous les niveaux pour endiguer le dérèglement climatique. Cette mobilisation fait suite à celle du 8 septembre, qui avait réunie plus de 100 000 personnes dans tout le pays, puis celle du 8 octobre. Les bénévoles d’Oxfam France nous expliquent les raisons pour lesquelles toutes et tous se sont déjà mobilisé·e·s à chacune des marches climat et seront de nouveau présent·e·s le 8 décembre prochain.

Le pouvoir citoyen pour le climat

Le 8 septembre dernier, des milliers de citoyen·ne·s sont sortis dans les rues pour porter un message essentiel : face au dérèglement climatique, s’il est encore temps d’agir, nous devons agir maintenant. Et cette action doit être à la hauteur des enjeux. Quelques jours après la démission de Nicolas Hulot du ministère de la Transition écologique et solidaire, et après un été qui a rappelé au monde entier les conséquences bien concrètes du changement climatique pour l’humanité tout entière, la mobilisation citoyenne mettait les responsables politiques et économiques face à leurs responsabilités.

Depuis ce jour, la mobilisation prend des formes très diverses, chacune et chacun ayant à cœur de porter, à son niveau, la transition écologique nécessaire.

Pour Lisa, bénévole au groupe local Oxfam de Lyon : « Il faut une mobilisation citoyenne à l’échelle individuelle mais aussi globale », et c’est ce que l’on voit au sein de ces marches. « Cela permet de créer un mouvement pour montrer que de plus en plus de citoyens sont non seulement favorables mais demandeurs d’une politique de transition énergétique » nous explique Jean-Christophe, engagé à Paris.

Pour Claire, bénévole au sein de la boutique Oxfam à Strasbourg, ces manifestations sont l’occasion pour les citoyen.ne.s « de se rencontrer et de se parler », et de découvrir les associations, les initiatives et les alternatives qui permettent de faire bouger les lignes près de chez nous.

La nécessité d’agir maintenant

Samedi 24 novembre 2018, Oxfam France a publié un rapport, « Banques françaises, les fossiles raflent la mise », mettant en lumière, trois ans après la COP 21 à Paris et derrière leurs belles déclarations, un constant sans appel : entre les énergies fossiles et les énergies renouvelables, les banques ont choisi leur camp. A savoir celui des énergies fossiles : en 2016 et 2017, pour 10 euros financés dans le secteur énergétique, les six plus grandes banques françaises dont BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit agricole, consacraient 7 euros aux fossiles contre seulement 2 euros aux renouvelables.

Cette étude rappelle une nouvelle fois que les choix actuellement opérés ne sont en rien en accord avec une trajectoire permettant de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, ni avec l’urgence climatique dont on voit déjà au Sud et au Nord, les impacts humains et économiques dévastateurs. Maintenir le réchauffement sous la barre des 1,5 °C est pourtant indispensable, comme l’a rappelé la dernière étude du GIEC sur les changements climatiques.

Une prise de conscience citoyenne

Les marches pour le climat sont le témoignage d’un regain dans la prise de conscience citoyenne sur la nécessité d’agir rapidement et réellement. C’est ce que perçoit Lisa : « Pour éviter des conséquences de plus en plus désastreuses, il faut agir maintenant, avec des changements radicaux ». Pour Maxime : « Il y a une urgence, connue depuis presque un demi-siècle. C’est un défi inédit et déprimant, mais on peut y trouver de la motivation aussi ! ».

Ces marches citoyennes sont aussi synonymes d’espoir, porteuses d’engagements nouveaux pour un grand nombre de personnes. Au sein de celles-ci, chacune et chacun d’entre nous peut (re)trouver la volonté d’agir en faveur du climat. « Cela donne du courage à beaucoup de gens qui étaient devenus, comme moi, pessimistes, pour reprendre notre pouvoir sur les enjeux écologiques » nous dit Aurélien.

Les motivations à marcher sont multiples, que ce soit pour ses enfants, pour les générations futures, pour l’avenir de l’humanité tout entière ou pour préserver le présent que nous connaissons. Car comme le dit Aurélien : « On a tous une bonne raison de s’engager, alors allons-y toutes et tous ensemble ! »

La marche du 8 décembre interviendra en plein milieu de la COP24 (Conférence des Nations unies pour le climat), qui se tient en Pologne du 3 au 14 décembre. Une forte mobilisation citoyenne est nécessaire pour rappeler à Emmanuel Macron et aux responsables politiques du monde entier qu’ils/elles sont observé·e·s et attendu·e·s au tournant.

Le changement climatique comme révélateur des inégalités

Au cours de ces mobilisations, Oxfam France porte un message fort, qui mérite d’être rappelé et connu du plus grand nombre : enjeux climatiques et inégalités sont intimement liés. Aujourd’hui, 50 % des émissions de gaz à effet de serre sont émis par les 10 % les plus riches de la planète, là où la moitié la plus pauvre de la population mondiale n’est responsable que de 10 % de ces émissions. Elle est pourtant la première à en payer directement le prix.

La multiplication et l’intensification des phénomènes climatiques extrêmes viennent accroître le nombre de déplacement forcés de populations. Là encore, les habitant·e·s des pays à revenus faibles et intermédiaires sont cinq fois plus susceptibles d’être contraint·e·s de se déplacer que les habitant·e·s des pays à revenus élevés.

« On parle vraiment de fin du monde : submersions des mégalopoles, flux migratoires qui augmentent de deux ordres de grandeur… » explique Maxime, bénévole avec Oxfam à Paris. « C’est le sujet le plus important de notre génération ! ».

Ces marches sont l’occasion de faire peser tout le poids et la force du pouvoir citoyen en faveur de la lutte contre le changement climatique. Pour Lisa : « Les élus et les gouvernements voient cette forte mobilisation citoyenne qui affirme notre volonté de changement ». Comme nous l’explique Aurélien, à Lille, les dernières mobilisations « ont permis de rappeler aux maires de plus de 20 communes de la région qu’ils ont une vraie responsabilité ».

Ces marches deviennent ainsi des lieux de choix et de prise de parole, pour « faire entendre sa voix et utiliser son pouvoir de citoyen pour faire changer les choses » comme le dit Jérémy, bénévole avec Oxfam à Strasbourg.

C’est décidé, je marche le 8 décembre !

Vous souhaitez marcher le 8 décembre avec les bénévoles d’Oxfam France ? Vous pouvez retrouver les lieux de rendez-vous avec nos groupes locaux à travers la France :

Bordeaux : 13h45 au Miroir d’Eau de
Contactez Ana et le groupe local : bordeaux@oxfamfrance.org

Paris : 13h30 au Printemps Nation (21-25 cours de Vincennes)
Contactez Alice et le groupe local : paris@oxfamfrance.org

Dijon : 14h30 sur la place du Théâtre
Contactez Emmanuel et le groupe local : dijon@oxfamfrance.org

Nancy : 15h30 devant l’immeuble de la communauté urbaine Viaduc Kennedy
Contactez Jean-Paul et le groupe local : nancy@oxfamfrance.org

Lyon : 10h30 place Jean Macé
Contactez Lisa et le groupe local : lyon@oxfamfrance.org

Strasbourg : 13h15 à la boutique Oxfam (5 rue de la Division Leclerc)
Contactez Clémence et le groupe local : strasbourg@oxfamfrance.org

Toulouse : 14h00 place Arnaud Bernard
Contactez le groupe local : toulouse@oxfamfrance.org

Montpellier : 14h30 place de l’Europe
Contactez le groupe local : montpellier@oxfamfrance.org

Nantes : 13h30 depuis le parvis des Nefs
Contactez le groupe local : nantes@oxfamfrance.org

Rennes : 14h00 à l’esplanade Charles de Gaulle
Contactez Eric et le groupe local : rennes@oxfamfrance.org

Lille : 14h30 à la Friperie d’Oxfam, 19 rue de l’Hôpital militaire
Contactez Jonathan et le groupe local : lille@oxfamfrance.org

Provence :
Pour Aix-en-Provence : 14h00 place de l’Hôtel de Ville
Pour Avignon : 14h30 place Jean Jaurès (face à la gare du centre)
Contactez Philippe, Frédéric et le groupe local : provence@oxfamfrance.org

Orléans : 14h00 Parc Pasteur (rue Eugène Vignat)
Contactez le groupe local : orleans@oxfamfrance.org

Total
7
Shares

Un monde plus juste