Réponse d’Axa à notre campagne « Banques : la faim leur profite bien »

Dans le cadre de notre campagne Banques : la faim leur profite bien, nous avons entamé le dialogue avec les différentes institutions financières possédant des fonds qui permettent à leurs clients de spéculer sur les marchés dérivés de matières premières agricoles.

Leader mondiale d'assurance et sixième gestionnaire mondial d'actifs financiers, AXA faisait partie des institutions visées par notre rapport Ces banques qui spéculent sur la faim.
Une réponse officielle d'AXA nous a été transmise afin de préciser la position du groupe sur la thématique des investissements dans les produits dérivés de matières agricoles, et de donner un nouvel éclairage aux chiffres issus des recherches menées par Profundo pour Oxfam France.

Deux points essentiels sont à mettre en lumière dans cette réponse :

  • Le Comité pour l'Investissement Responsable du groupe a décidé en 2012 qu'AXA ne se positionnerai pas sur des contrats à terme portant sur des matières agricoles, ni sur des transactions spéculatives pouvant contribuer à la hausse des prix des denrées alimentaires. AXA reconnait donc qu'il existe un lien entre spéculation sur les marchés agricoles et hausse des prix alimentaires, et a décidé d'adopter en la matière une politique basée sur le principe de précaution. Cependant, cette politique est limitée : elle ne s'applique qu'aux investissements menés avec les fonds propres du groupe, et non aux investissements menés par le groupe pour le compte de ses clients.
    Oxfam France salue ce premier pas effectué par le groupe AXA en 2012, et demande aujourd'hui que le groupe aille plus loin, en fermant les fonds qui permettent à ses clients d'investir sur les marchés dérivés de matières premières agricoles. Oxfam France rappelle que les activités spéculatives sur les matières premières agricoles, qu'elles soient effectuées pour compte propre ou pour le compte de clients, mettent directement en péril le droit à l'alimentation des populations les plus vulnérables.
  • Le groupe AXA s'est livré à un formidable exercice de transparence, en fournissant à Oxfam France des chiffres concernant des fonds que nous n'avions pas repérés au cours de nos recherches. Ainsi, plusieurs fonds gérés par AXA IM et AllianceBerstein qu'Oxfam France ne mentionnait pas dans son rapport ont été mis en lumière, sur une base volontaire, par le groupe AXA lui-même. Les montants investis dans les matières premières agricoles via ces fonds s'élèvent à plus de 230 millions d'euros au 31 Janvier 2012. Oxfam France salue cet exercice de transparence mené par AXA, et recommande aux autres institutions financières de s'y livrer. Grâce à cet exercice, nous pouvons confirmer ce que nous pressentions : nos recherches n'ont pas permis d'élaborer une liste exhaustive des fonds, indiciels ou autres, qui permettent aux clients des principales institutions financières françaises de spéculer sur les matières premières agricoles. Oxfam France a recensé pour les principales banques françaises 18 fonds d'investissements sur les matières premières, pour un montant total de près de 2,6 milliards d'euros. Mais il en existe probablement d'autres, que l'opacité des activités bancaires rend particulièrement difficiles à repérer.