Inondations, pluies torrentielles : la lutte contre les changements climatiques est essentielle

Selon les scientifiques, les événements de très fortes précipitations risquent de se multiplier et de devenir plus intenses dans les années à venir. La France est l’un des pays développés les plus touchés par les risques d’événements climatiques extrêmes et, partout dans le monde, les dégâts causés par ces événements sont déjà considérables. La lutte contre le dérèglement du climat doit être au cœur de notre réponse.

picto-souris-blanche

Envie d’agir pour le climat ?
Découvrez comment vous engager aux côtés d’Oxfam !

Inondations, événements climatiques extrêmes : de quoi parle-t-on ?

Le climat désigne les valeurs moyennes d’un ensemble d’événements météorologiques mesurées sur de longues périodes, généralement 30 ans, et sur un lieu géographique bien défini.

Les événements climatiques extrêmes sont des événements qui peuvent être longs et persister plusieurs semaines, voire plusieurs mois dans le cas, par exemple, d’une sécheresse, ou bien des événements dont la durée est beaucoup plus courte, quelques jours ou quelques heures, mais qui sont caractérisés par leur forte intensité. C’est le cas des cyclones ou des canicules.

Les inondations font partie de ces événements climatiques extrêmes. Depuis des années, les très fortes précipitations se font toujours plus nombreuses dans le monde, et bouleversent les vies de millions de personnes.

En Europe, le risque d’inondation est le premier risque naturel climatique par l’importance des dommages qu’il provoque, le nombre de communes concernées, l’étendue des zones inondables et les populations résidant dans ces zones.

Découvrez dans notre dossier ci-dessous une analyse et mise en perspective de l’actualité en France et dans le monde. 

Les inondations liées aux changements climatiques ont causé

25 fois plus

de dommages en 2010 qu’en 1970.

Source CEPRI

La France est l’un des pays développés les plus touchés

par les risques d’événements climatiques extrêmes.

Agir pour le climat

Signer la pétition

pour demander à Emmanuel Macron de prendre des mesures pour que les changements climatiques n’aggravent pas les inégalités.

picto-rapports

S’informer

en téléchargeant notre ebook gratuit pour tout comprendre des changements climatiques, et de leurs impacts en France et dans le monde.

picto-coeur-blanc

Faire un don

pour permettre à Oxfam de poursuivre ses actions de campagnes et plaidoyer, et accompagner les populations les plus vulnérables pour s’adapter aux changements climatiques.

Dans l’actualité

Belgique, Chine, Allemagne : quand les inondations font l’actualité de l’été 2021

Des rues transformées en torrents, des voitures emportées par l’eau, des sous-sols inondés… Les images des inondations en Belgique et en Allemagne ont fait l’actualité du mois de juillet 2021. Quelques jours plus tard, ce sont également le Luxembourg, l’Autriche et les Pays-Bas qui ont été touchés à leur tour.

Selon l’Organisation météorologique mondiale, les précipitations ont atteint les 14 et 15 juillet 2021, 100 et 150 millimètres en deux jours, soit l’équivalent de deux mois de pluies ! Plus de 200 personnes auraient succombé à ces inondations en Europe et les dégâts matériels sont colossaux.

Comment de telles catastrophes se produisent ? « Des masses d’air, chargées de beaucoup d’eau, ont été bloquées en altitude par des températures froides, qui les ont fait stagner pendant quatre jours sur la région » a expliqué Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président du GIEC.

Depuis ces événements, les appels à agir contre le réchauffement climatique se sont encore davantage multipliés. « Nous devons nous dépêcher, nous devons être plus rapides » a notamment déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, venue constater les dégâts considérables dans le village de Schuld.

A l’autre bout du monde, les inondations ont également envahi la ville de Zhengzhou, en Chine. En seulement 24h, la ville a reçu 552 millimètres de précipitations, soit 86% de la moyenne annuelle ! Près de 200 000 habitants ont été évacués et, selon le bilan officiel encore provisoire, près de 100 personnes ont perdu la vie.

En France

La France très exposée aux risques climatiques

Actuellement, 62% de la population française est déjà exposée de manière forte ou très forte aux risques climatiques. Et cette proportion devrait augmenter.

La France est l’un des pays développés les plus touchés par les risques d’événements climatiques extrêmes. Selon le Global Climate Risk Index, classement établi par l’ONG Germanwatch, elle est au 15e rang des pays les plus touchés au niveau mondial sur les vingt dernières années (1999-2018).
Plus de 17,1 millions de personnes en France sont notamment exposées aux inondations par débordement de cours d’eau, soit environ un habitant sur quatre. D’ici la fin du siècle, ce risque sera bien plus important dans les villes côtières en raison de la montée du niveau de la mer et de tempêtes violentes. En Bretagne, il y aura par exemple 100 fois plus d’inondations qu’aujourd’hui. En Polynésie française, 1/3 des îles seraient menacées de disparition.
Si le réchauffement climatique se poursuit à un rythme similaire, l’élévation du niveau de la mer touchera également les villes à l’intérieur du territoire, près des fleuves.
Et l’augmentation de la fréquence de précipitations extrêmes pourrait sensiblement aggraver le risque d’inondation par ruissellement dans de nombreuses zones urbaines.

Agir pour le climat

Signer la pétition

pour demander à Emmanuel Macron de prendre des mesures pour que les changements climatiques n’aggravent pas les inégalités.

picto-rapports

S’informer

en téléchargeant notre ebook gratuit pour tout comprendre des changements climatiques, et de leurs impacts en France et dans le monde.

picto-coeur-blanc

Faire un don

pour permettre à Oxfam de poursuivre ses actions de campagnes et plaidoyer, et accompagner les populations les plus vulnérables pour s’adapter aux changements climatiques.

Dans le monde

Les impacts globaux du réchauffement climatique déjà mesurables et mesurés

L’humidité atmosphérique et le niveau de la mer, impactés par les changements climatiques

Si les impacts globaux des changements climatiques sont déjà mesurables et mesurés, ils restent encore peu perceptibles à l’échelle humaine. Comme expliqué par le Centre Européen de Prévention du Risque d’Inondation, il est toutefois établi que :

  • L’humidité atmosphérique augmente : une atmosphère plus chaude devient plus humide. L’évapotranspiration et la concentration de la vapeur d’eau atmosphérique augmentent.
  • Le niveau de la mer augmente : + 20 centimètres en moyenne dans le monde depuis 1900, souvent difficile à percevoir.

Les conséquences de ces changements sont déjà dévastatrices pour des centaines de milliers de personnes.

Des inondations aux dégâts considérables

Les inondations liées aux changements climatiques créent de multiples dommages et cette tendance ne cesse de s’amplifier au fil des années. On estime que ces inondations ont causé 25 fois plus de dommages en 2010 qu’en 1970. Les dommages causés aux biens, aux personnes, aux activités ainsi qu’aux usages liés au sol sont grandissants.

En Europe, le littoral devrait être de plus en plus exposé aux inondations au cours du XXIème siècle, en lien avec la montée du niveau de la mer. De 2050 à la fin du siècle, 400 000 européens pourraient ainsi être forcés de quitter leur logement et le montant des dommages annuels pourrait être multiplié par cinq. Dans le pire des scénarios, ce montant pourrait atteindre 38 milliards d’euros par an en 2100.

Le secteur agricole, grande victime des inondations

Les pluies torrentielles et les inondations ont de lourdes conséquences sur l’agriculture. Au Pakistan par exemple, les inondations de 2010 ont eu des impacts désastreux et ont directement affecté l’égrenage du coton, la transformation du riz, les minoteries et sucreries. Les pertes de production agricole ont été énormes : on estime que 10% des 10 milliards de dollars de pertes et dommages totaux ont été liés au secteur agricole.

En France aussi, les changements climatiques auront des conséquences directes sur les rendements de certaines cultures et donc, sur les revenus des agriculteurs et agricultrices. On estime par exemple que les rendements de cultures comme le blé, la betterave ou le maïs pourraient chuter de 50% d’ici 2050. Si rien n’est fait, ces pertes pourraient même être de l’ordre de 80% en 2100 selon l’Agence européenne de l’Environnement !

Dans le scénario le plus défavorable, une hausse de 4°C à la fin du siècle entraînerait une baisse des revenus des agriculteurs dans toutes les régions.

1/3 des îles de Polynésie française seraient menacées de disparition d’ici la fin du siècle à cause de la montée du niveau de la mer.

A la fin du siècle, il y aura en Bretagne 100 fois plus d’inondations qu’aujourd’hui.

Les changements climatiques, au cœur des événements climatiques extrêmes

Réduire les émissions de gaz à effet de serre pour contenir les effets des changements climatiques

Selon les travaux du GIEC, la température de surface sur la Terre et les océans s’est réchauffée en moyenne de +1°C de 1880 à nos jours. Cette hausse de température est en grande partie liée à l’augmentation de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, elle-même fortement induite par l’activité humaine.

D’après un rapport du Groupe d’experts paru en 2018, si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’évoluer au rythme actuel et que rien n’est fait, la hausse de la température moyenne pourrait atteindre 5°C d’ici 2100 ! Ce réchauffement aurait alors des conséquences dramatiques sur les espèces et les écosystèmes, et les événements climatiques extrêmes auxquels nous assistons aujourd’hui ne seraient qu’un triste avant-goût.

Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C : l’importance du pouvoir citoyen

Alors que l’État français s’est engagé lors de l’accord de Paris à tout faire pour contenir la hausse des températures en-dessous des 2°C, le Haut Conseil pour le climat a récemment jugée insuffisante la politique du gouvernement, indiquant que « les actions climatiques de la France ne sont pas à la hauteur des enjeux ni des objectifs qu’elle s’est donnés ».

Pourtant, le temps presse. Les plus vulnérables font déjà les frais du changement climatique. Les populations vivant dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires sont 5 fois plus susceptibles d’être déplacées du fait de catastrophes climatiques que les populations des pays riches. Par ailleurs, le nombre de personnes souffrant de la faim risque d’augmenter de 10 à 20% d’ici 2050 en raison des changements climatiques.

Face à l’urgence, la société civile se mobilise. En 2019, nous étions plus de 2 millions à attaquer l’État français en justice pour inaction climatique dans le cadre de l’Affaire du Siècle. Nous étions également des centaines de milliers à descendre dans la rue pour exiger des actions concrètes de la part des décideurs politiques. Ne laissons pas les changements climatiques aggraver les inégalités. Continuons d’agir, ensemble, et de faire entendre notre voix.

Agir pour le climat

Signer la pétition

pour demander à Emmanuel Macron de prendre des mesures pour que les changements climatiques n’aggravent pas les inégalités.

picto-rapports

S’informer

en téléchargeant notre ebook gratuit pour tout comprendre des changements climatiques, et de leurs impacts en France et dans le monde.

picto-coeur-blanc

Faire un don

pour permettre à Oxfam de poursuivre ses actions de campagnes et plaidoyer, et accompagner les populations les plus vulnérables pour s’adapter aux changements climatiques.