Oxfam s’est mobilisée pour le One Planet Summit

En 2015, à l’issue de la COP21, était adopté l’Accord de Paris dans lequel les pays riches s’engageaient à mobiliser 100 milliards de dollars par an pour le climat d’ici 2020. Deux ans plus tard, le Président Emmanuel Macron a organisé le sommet One Planet Summit consacré aux financements pour le climat.

Oxfam s’est mobilisée pour demander à la France des financements ambitieux pour l’adaptation au changement climatique, qui permettent par exemple de mettre en place des digues ou des systèmes agricoles mieux adaptés à l’évolution du climat. Nous avons également appelé à ne plus consacrer un euro de plus aux énergies fossiles. En effet, afin de limiter le réchauffement de la planète en dessous de 1,5 °C, inscrit dans l’accord de Paris, il est indispensable de laisser 80 % des ressources fossiles dans le sol.

Le One Planet Summit, des engagements financiers français insuffisants pour les plus pauvres…

Suite à la mobilisation et à l’interpellation d’Emmanuel Macron, nous attendions des annonces de la part de la France. Celles-ci ont eu lieu [1] notamment sur :

  • Mobiliser 1,5 milliard d’euros d’ici 2020 pour l’adaptation au changement climatique – soit une augmentation de 300 millions par rapport à l’engagement déjà pris lors de la COP21.
  • Une Taxe européenne sur les transactions financières au rabais [2].

Alors qu’Oxfam a démontré que les populations les plus pauvres sont cinq fois plus victimes du réchauffement climatique, les annonces françaises manquaient d’ambition [3]. En 2020, la France consacrera ainsi moins d’un tiers de ses financements climat à l’adaptation, bien loin de l’équilibre entre adaptation et réduction des émissions, inscrit dans l’Accord de Paris. L’engagement pris est bien faible comparé au montant que devront débourser les pays pauvres pour financer l’adaptation au changement climatique estimé à 300 milliards de dollars [4]. Enfin, la proposition d’Emmanuel Macron d’une taxe européenne « nouvelle formule » ne récolterait que 4 milliards d’euros sur les 22 milliards prévus par la dernière version du projet d’accord. Un manque à gagner crucial pour les populations les plus pauvres.

La sortie des fossiles, un engagement à portée de main que la France laisse filer

Lors de ce sommet, la Banque Mondiale s’est engagée à cesser de financer le gaz et le pétrole après 2019.

De son côté, l’Agence Française de Développement (AFD) a annoncé que 100 % de ses projets seraient désormais compatibles avec l’Accord de Paris, sans pour autant annoncer la fin de son soutien aux énergies fossiles [5]. C’est donc une occasion manquée pour cette institution française, au cœur de la politique de développement de la France.

De nombreuses annonces du secteur privé, les Etats sur le banc de touche

Les annonces du secteur privé ont été nombreuses mais pour Oxfam, elles ne doivent pas exonérer de leurs responsabilités les acteurs publics qui ont une capacité d’entrainement. Ce sommet était l’occasion pour les Etats de prouver leur volonté d’aller dans le sens de la justice climatique, ils se sont cachés derrière les annonces des acteurs privés sans faire eux-mêmes d’annonces très ambitieuses.

Par ailleurs, de nombreuses annonces privées font craindre l’arrivée de fausses solutions (OGM, nucléaire, etc.) qui pourraient, par exemple venir contredire les projets d’agroécologie paysanne en tant que solution pour faire face au défi climatique.

Oxfam continue de se mobiliser pour plus de justice climatique :

Tout au long de cette séquence, Oxfam France s’est mobilisée pour le climat aux côtés de très nombreuses associations telles que 350.org France, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Care, le Réseau Action Climat, Alternatiba pour appuyer ces demandes de plus de justice climatique. Le 12 décembre au matin, nous avons demandé à ce que « Pas un euro de plus n’aille aux énergies du passé ».

Plus de 500 militants et militantes se sont retrouvés dès 8 heures du matin place du Panthéon à Paris pour une action symbolique de masse. Oxfam a participé à cette mobilisation pour balayer la vague des énergies fossiles et promouvoir des solutions face au changement climatique.

En 2018, le pouvoir citoyen contre la pauvreté et le changement climatique !

En 2018, Oxfam continuera à défendre auprès des responsables politiques et économiques des mesures de solidarité et pour le climat. C’est grâce à votre soutien que les actions d’Oxfam peuvent répondre à hauteur de l’urgence climatique.

Un monde plus juste