Budget 2016 : bilan mitigé sur les financements climat et développement de la France

11/12/2015

Lors de l’examen final du budget 2016 aujourd’hui à l’Assemblée nationale, les député-e-s ont voté l’élargissement de la taxe sur les transactions financières aux opérations intra-journalières et ont confirmé son allocation à 50% à la lutte contre le changement climatique et au financement des objectifs de développement durable. Cette avancée majeure est largement tempérée par la réduction drastique confirmée du budget de l’aide publique au développement, de 10% par rapport à 2015. 

« Alors que la question des financements est au cœur des négociations de dernière heure qui se déroulent à la COP21, que la France préside, celle-ci aurait pu se montrer plus ambitieuse dès aujourd’hui et traduire en actes les engagements pris par le Président», estime Christian Reboul, Responsable de plaidoyer Financement du développement à Oxfam France.

Lors des débats à l’Assemblée, des député-e-s de tous bords ont montré leur détermination face à un lobby bancaire prêt à toutes les manœuvres pour empêcher la taxation des opérations intra-journalières et du trading à haute-fréquence. « Que ces opérations particulièrement spéculatives ne soient jusque-là pas taxées était un non-sens. La TTF renoue enfin avec son ambition initiale : réguler la finance pour financer la lutte contre le changement climatique, la solidarité internationale et la santé mondiale » rappelle Christian Reboul. « En 2017, ce serait un milliard d’euros supplémentaire qui pourrait être dégagé mais il n’y aura aucun financement nouveau pour l’année prochaine » complète Christian Reboul. Il conviendra d’être vigilant sur la mise en application : le gouvernement devra dès les prochains mois publier un décret visant effectivement à taxer les transactions intra-journalières.

En comparaison avec le budget 2016 initial et ses révisions à la hausse proposés par le Gouvernement, les mesures votées par les député-e-s sur la TTF mobilisent 106 millions d’euros supplémentaires pour la lutte contre le changement climatique et pour le développement. « La France avait la possibilité de se montrer plus ambitieuse mais n’a qu’à moitié saisi cette opportunité », regrette Christian Reboul.

Ces avancées indéniables ne doivent pas occulter les reculs entérinés par l’Assemblée nationale sur le budget de l’Aide Publique au développement, en recul de 10% par rapport au budget 2015. « Ne nous y trompons pas : ces améliorations de la TTF servent aussi de paravent à des coupes drastiques et récurrentes dans l’aide publique au développement. Pourtant, ces deux sources de financement doivent s’additionner, condition sine qua non pour pouvoir répondre aux enjeux de la lutte contre le changement climatique, des inégalités croissantes et de la pauvreté », alerte Christian Reboul.

Contacts

Cécile Génot - cgenot@oxfamfrance.org - 01 85 34 17 66 - 07 82 63 47 57

Notes aux rédactions