Budget 2016 : l’aide publique au développement torpillée, en dépit des annonces de François Hollande à l’ONU

Réaction d’Oxfam France suite à la présentation du Projet de Loi de Finances 2016
30/09/2015

Oxfam dénonce une nouvelle diminution de l’aide publique au développement pour 2016, en contradiction totale avec les discours du chef de l’Etat à l’Assemblée générale des Nations Unies.

A la tribune de l’ONU, François Hollande nous invitait à « lever un doute » sur la volonté politique de la France de faire plus pour le développement et le climat. Deux jours plus tard nous sommes fixés. Le Gouvernement vient d’annoncer un budget d’aide publique au développement en baisse de 170 millions d’euros, pour la 5ème année consécutive.« New York n’aurait-il été qu’un écran de fumée ? On ne trouve aucune traduction des belles promesses du Président de la République dans le projet de loi de finances 2016 », s’alarme Christian Reboul, responsable de plaidoyer Financement du Développement à Oxfam France.

Dimanche, 193 Etats, dont la France, avaient pourtant adopté, selon un agenda établi de longue date, des objectifs de développement durable ambitieux. « Avec une aide au développement en baisse pour la cinquième année consécutive, comment la France pourrait-elle participer efficacement à la lutte contre les changements climatiques, à l’éradication de la pauvreté et de la faim ou contribuer à assurer un accès universel à la santé ? » s’interroge Christian Reboul.

Hôte de la COP21 dans deux mois, la France était justement attendue sur la crédibilité de ses annonces new-yorkaises, en particulier sur le climat. Si la répartition plus précise de l’aide au développement amputée n’a pas encore été dévoilée, il est à craindre que, contrairement à ce que déclarait François Hollande à New York, « faire davantage pour le climat » signifie bien « faire moins pour le développement ». « Dans un contexte de baisse globale de l’aide au développement, l’additionnalité des fonds climat est tout simplement impossible », explique Christian Reboul.

« Nous appelons le gouvernement à rectifier cette tendance à la baisse dès l’ouverture des débats budgétaires comme il en la possibilité. » conclut Christian Reboul. Nul doute que les parlementaires, très mobilisés lors du précédent budget, se saisiront de cet enjeu pour rappeler le gouvernement à ses responsabilité en tant que 6ème puissance économique mondiale, acteur majeur de la vie internationale, et hôte de la future COP21.

Contacts

Cécile Génot
Chargée de relations média
cgenot@oxfamfrance.org
01 77 35 76 00 / 07 82 63 47 57

Notes aux rédactions