Accords de partenariat économique (APE) : Catherine Ashton à l’opportunité de revoir la copie de Peter Mandelson

A deux semaines de la date prévue pour la signature des Accords de partenariat économique (APE) par 13 pays des Caraïbes, Oxfam France appelle Mme Catherine Ashton, la nouvelle Commissaire européenne au Commerce, à reconsidérer l’approche des négociations commerciales de l’Union européenne avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (pays ACP).

« La Commission européenne veut contraindre les pays ACP à signer au plus vite des accords qui ne leur sont pas favorables. Mme Ashton doit offrir enfin le temps nécessaire aux pays ACP de consulter l'ensemble des parties prenantes avant toute signature. La commission doit également cesser d’imposer des négociations sur les services et investissements aux pays ACP » déclare Jean-Denis Crola, d’Oxfam France.

– Etre à l’écoute des pays ACP

En décembre 2007, les ministres du Commerce des pays ACP ont déploré les pressions considérables exercées sur leurs Etats par la Commission européenne en vue du paraphe des arrangements commerciaux intérimaires. Il y a deux semaines encore, devant la 63ème Assemblée générale des Nations unies à New York, le Président de Guyana, Bharrat Jagdeo dénonçait une fois de plus l’utilisation de la force de négociation de l’Union européenne et son recours au chantage pour amener les pays ACP à signer.

– Placer le développement au cœur des accords

Les APE mettent en danger l’agriculture et l’industrie manufacturière des pays ACP en prévoyant une ouverture de marchés allant jusqu’à 98% des importations de marchandise en provenance de l’Europe sur des périodes extrêmement courtes (0 à 25 ans). Les mécanismes de protection (clauses de sauvegarde) sont insuffisantes et menacent l’emploi de millions de travailleurs dans les pays ACP.

La Commission européenne a jusqu’aujourd’hui poussé en faveur de négociation sur les services et les investissements, engageant les pays bien au-delà des obligations liées aux règles de l’OMC. Dans le même temps, les questions de développement sont pratiquement absentes, au regard des dommages que vont subir les économies des pays ACP.

« La Commission européenne doit offrir la plus grande flexibilité possible dans les négociations des APE sur les marchandises notamment accepter la renégociation des clauses les plus dommageables pour les ACP. Gageons que la nomination de Mme Ashton permette de placer enfin les questions de développement au cœur de ces accords» conclut Jean-Denis Crola.

NOTES :

élécharger le rapport « Partenariat ou jeu de pouvoir ? »

Lire les derniers communiqués d’Oxfam France sur les APE :
PE : Les ONG françaises dénoncent les pressions de la Commission européennes dans les négociations Caraïbe

CCORDS DE PARTENARIAT ECONOMIQUE : Oxfam France appelle la France à porter au niveau européen les recommandations du rapport Taubir

Contact

Contact presse :

agali RUBIN : 01 56 98 24 45 – 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

;