Aide internationale : engagement fort du Royaume-Uni, renoncement attendu de la France

Le Royaume-Uni a inscrit hier dans la loi son engagement de consacrer 0,7% de sa richesse nationale à l’aide internationale, alors que la France n’en finit pas de renoncer à respecter ses engagements dans ce domaine.

Dès 2013, le Royaume-Uni avait été le seul pays du G7 à consacrer effectivement plus de 0,7% de son revenu national brut à l’aide internationale. Le Parlement britannique va maintenant plus loin en en faisant une obligation inscrite dans la loi.

« L’année 2015 est une année cruciale pour le financement du développement. Une grande conférence aura lieu à Addis Abeba en juillet qui sera l’occasion de faire le point sur l’engagement de la France qui était de 0,7% pour 2015. Le bilan sera très décevant. 0,37%[1] est la réalité française, si loin du Royaume-Uni pourtant soumis à des contraintes budgétaires similaires» explique Christian Reboul, responsable de plaidoyer à Oxfam France.

« Le Royaume-Uni le montre, c’est avant tout une question de volonté politique. Il reste peu de temps pour François Hollande[2] et son gouvernement pour reprendre une trajectoire budgétaire ascendante en matière d’aide publique au développement ».

« Les premiers arbitrages du prochain budget se font ces jours-ci. L’enjeu est crucial, il s’agit de mobiliser les crédits nécessaires pour lutter efficacement contre l’extrême pauvreté, les inégalités et les conséquences du changement climatique ».

« Il en va de la crédibilité de la France alors qu’elle s’apprête à accueillir la conférence sur le climat COP 21 en décembre prochain» conclut Christian Reboul.

Contact

Cécile Génot Chargée de relations média cgenot@oxfamfrance.org 01 77 35 76 02 / 07 82 63 47 57

Notes aux rédactions

[1] Perspectives budgétaire en matière d’Aide publique au développement – Source Direction du Trésor – Page 11 – http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/ressources/2015/pap/pdf/dpt/DPT2015_politique_developpement.pdf

[2] Engagement pris par François Hollande le 1er mars 2013 en Clôture des Assises du développement : « Dès lors que nous renouerons avec la croissance (…) nous pourrons reprendre une trajectoire ascendante vers les objectifs internationaux que nous nous sommes fixés »