Aide publique au développement : Nicolas Sarkozy doit honorer les engagements internationaux de la France

Oxfam France soutient l’appel de Bono à Nicolas Sarkozy et lance une pétition en ligne avec [Avaaz.org->http://Avaaz.org]

Paris, 18 juin 2008 – Le rapport de DATA, l’organisation de Bono et Bob Geldof, lancé aujourd’hui à Paris, conforte les calculs d’Oxfam France : l’effondrement de l’aide publique au développement en France et dans les autres pays du G8 aura des conséquences directes catastrophiques sur la vie de millions de personnes en Afrique.

La France a joué un rôle central dans les décisions du G8 d’augmenter l’aide de 50 milliards de dollars par an d’ici à 2010 et d’annuler la dette de nombreux pays en développement. En Zambie par exemple, les annulations de la dette et l’augmentation de l’aide ont permis de rendre gratuit l’accès aux soins de santé de base. Concernant le VIH/Sida, la forte contribution de la France au Fonds mondial a permis de sauver la vie de plus d’un million de personnes recevant désormais un traitement.

Dans quelques semaines, le parlement français décidera des montants et des priorités de l'aide publique de la France pour la période 2009-2011. Cet engagement triennal est une première. Au moment où la France s’apprête à prendre la tête de l’Union européenne, les arbitrages budgétaires du gouvernement français en matière d’aide publique au développement (discutés à compter d’aujourd’hui) vont envoyer un signal fort aux autres nations riches, les encourageant soit à poursuivre, soit à repousser – voire à abandonner – leurs propres engagements.

« Baisser les bras maintenant sur ce minimum de solidarité internationale, c’est tirer un trait sur des années d’efforts pour rendre l’aide publique plus efficace. Réduire aujourd’hui les montants de l’aide publique au développement, c’est renvoyer à la maison, au champs ou à l’usine des millions d’enfants récemment scolarisés, notamment des filles, et retirer les perfusions aux malades sous traitement », affirme Sébastien Fourmy, directeur du plaidoyer à Oxfam France.

« De nombreux pays africains ont tenu leurs promesses en matière de transparence budgétaire et de mise en place de programmes nationaux de lutte contre la pauvreté. La question est moins de savoir si les pays pauvres ont tenu leurs engagements que de savoir si les pays riches vont enfin honorer leurs promesses d’augmenter l’aide publique au développement », conclut-il.

Oxfam France appelle Nicolas Sarkozy à tenir les engagements internationaux de la France :

– augmentation de l’APD : 0,56% du RNB d’ici à 2010 et 0,7% du RNB d’ici à 2015 ;
– doublement de l’aide à l’Afrique d’ici à 2010 ;

et à présenter un calendrier clair d’augmentation annuelle de l’APD française pour atteindre les objectifs européens : 0,7% du RNB consacré à l’aide d’ici à 2015, avec un objectif intermédiaire de 0,56% d’ici à 2010.

Dans ce cadre, Oxfam France lance avec la communauté en ligne Avaaz.org une action urgente en direction du président Sarkozy (en ligne sur ww.oxfamfrance.or et ww.avaaz.or).

Contact

Contact presse :

ldine Furi, + 33 (0)1 56 98 24 45

Notes aux rédactions

;