Oxfam France salue le fait que le projet de loi de finance pour l’année 2019 adopté ce jeudi matin par l’Assemblée Nationale renforce les moyens dédiés à la solidarité internationale avec une hausse de 109 millions d’euros des crédits alloués à l’aide publique au développement (APD). L’ONG appelle le gouvernement à transformer l’essai en inscrivant dans la future loi d’orientation du développement attendue l’an prochain une trajectoire budgétaire réaliste et tenable pour mettre en œuvre les promesses du Président de la République d’atteindre une APD à 0,55% de la richesse nationale en 2022 et 0,7% en 2025.

Pour Robin Guittard, porte-parole d’Oxfam France : « Cette hausse est bienvenue, mais nous restons vigilants. Depuis des années nous sommes habitués à ce que l’APD soit régulièrement victime de coups de rabot. D’ailleurs, entre le projet de budget présenté en septembre par le gouvernement et celui adopté ce matin nous constatons une baisse de 19 millions d’euros. A cela s’ajoute une baisse historique de la part de la taxe sur les transactions financières allant vers l’APD, de 50% à un peu plus de 30%. »

« Après les signaux contradictoires envoyés durant ce projet de loi de finance, 2019 doit lever les ambiguïtés et envoyer un signal fort. Avec un G7 placé sous le signe de la lutte contre les inégalités, il faut renforcer notre politique de développement en accordant les moyens nécessaires à ce combat. »

Oxfam France appelle le gouvernement et les parlementaires à se remobiliser lors de la future Loi d’orientation et de programmation du développement et de la solidarité internationale (LOP-DSI), et notamment à :

  • Définir une trajectoire et un calendrier pour atteindre en 2025 0,7% du revenu national brut (RNB) dédié à l’APD, avec une première étape à 0,55% en 2022 ;
  • Consacrer la totalité des revenus de la taxe sur les transactions financières au développement et à la lutte contre les changements climatiques ;
  • Rendre plus transparente et cohérente notre politique de développement internationale ;
  • Concentrer les moyens sur la lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités, en priorité dans les pays les plus pauvres, et notamment en favorisant l’accès des populations aux services essentiels comme l’éducation, la santé, la protection sociale et l’agriculture

Contact presse

Robin Guittard, rguittard@oxfamfrance.org – 06 28 49 01 43

;