COP22 – Entrée en vigueur de l’Accord de Paris : un tournant dans la lutte contre le changement climatique

Aujourd'hui, à quelques jours de l’ouverture de la 22e conférence internationale sur le climat (COP22), l'Accord de Paris est officiellement entré en vigueur après avoir été ratifié par près de 100 pays.

Armelle Le Comte, Chargée de plaidoyer climat et énergie chez Oxfam France, réagit :

"C'est une étape majeure et un signe que les dirigeants du monde ont pris conscience de l’urgence climatique et sont prêts à mettre de côté leurs différends pour travailler ensemble et surmonter cette menace.

L'Accord de Paris doit marquer le début d'une coopération internationale renforcée, qui garantisse davantage de soutien aux populations en première ligne de la crise climatique. Rappelons qu’aujourd’hui seule une faible part des financements climat va réellement à ceux qui en ont le plus besoin. Pourtant le changement climatique aggrave déjà la pauvreté et la faim dans le monde.

Il reste encore beaucoup à faire. Les négociateurs qui se réuniront à Marrakech la semaine prochaine doivent s'attaquer aux questions qui n’ont pas été réglées à Paris. Ils devront notamment aborder la question essentielle de la  réduction des émissions de gaz à effet de serre, sans quoi la planète continuera de se réchauffer dangereusement. »

Alors que la présidence française de la COP va s’achever à Marrakech, la France ne doit pas s’affranchir de ses responsabilités et se montrer à la hauteur de ses engagements en concrétisant – notamment – ses promesses financières faites en 2015 [1].

Contact

Sarah Roussel
sroussel@oxfamfrance.org
06 51 15 54 38
Twitter : @Sarah_Roussel

Notes aux rédactions

[1] A la COP21, la France a promis de fournir 5 milliards d’euros par an pour le climat d’ici à 2020, dont 1 milliard pour aider les populations à faire face aux impacts des changements climatiques.

Lire le dossier de presse du Réseau Action Climat : « Climat : aide-mémoire pour la fin du quinquennat »

Oxfam rappelle que les contributions actuelles des Etats en termes de réduction des émissions nous mettent sur une trajectoire de 2,7° à 3°C. L’Accord de Paris exhorte les pays à limiter le réchauffement à 1,5°C

;