Gaza : la pire situation humanitaire depuis 1967

OXFAM FRANCE, AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE, MEDECINS DU MONDE

{Des ONG françaises et britanniques appellent leurs gouvernements et l’Union européenne à agir au plus vite}

Paris, 6 mars 2008 – La situation humanitaire dans la Bande de Gaza n'a jamais été aussi grave depuis le début de l'occupation israélienne en 1967, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par une coalition d'ONG comprenant Oxfam Grande-Bretagne, Amnesty International UK, CARE UK, Médecins du Monde UK, Save the Children UK, CAFOD et Trocaire.

Le rapport « Bande de Gaza : une implosion humanitaire » avertit que le blocus de Gaza pratiqué par Israël constitue une punition collective pour la population civile Gazaouie, soit 1,5 millions de personnes, et conclut que la politique de blocus du gouvernement israélien est inacceptable, illégale et échoue à garantir la sécurité des Palestiniens comme celle des Israéliens. Ce rapport appelle la communauté internationale à définir une nouvelle stratégie pour Gaza.

Les ONG françaises Oxfam France, Amnesty International France et Médecins du Monde souscrivent aux analyses et recommandations formulées dans ce rapport et en appellent au gouvernement français afin qu’il engage des actes concrets en faveur des habitants de Gaza.

A Gaza, la pauvreté et le chômage ne cessent de croître, les hôpitaux sont confrontés à des coupures de courant qui atteignent 12h par jour, les systèmes de distribution d'eau et de traitement des eaux usées sont au bord de l'effondrement. L’augmentation de la violence et de la misère humaine le week-end dernier illustre l'urgence de la situation.

Adam Leach, responsable d’Oxfam International pour le Moyen-Orient, a déclaré : « La récente montée de la violence, aussi bien du fait des tirs de roquettes que des frappes militaires, va rendre la vie encore plus insupportable à Gaza. Le chômage a explosé et désormais 80% de la population de Gaza dépend de l'aide alimentaire, contre 63% en 2006. Les infrastructures de distribution de l'eau et de traitement des eaux usées sont au bord de l'effondrement total. A moins que le blocus ne prenne fin maintenant, il sera impossible de sortir Gaza de cette situation désastreuse et tous les espoirs de paix pour cette région seront réduits à néant. »

Selon le rapport, le blocus de Gaza a gravement accru les niveaux de pauvreté et de chômage et a provoqué la dégradation des services d'éducation et de santé. Plus de 1,1 millions de personnes dépendent maintenant de l'aide alimentaire et, sur les quelques 110 000 travailleurs qui étaient encore employés récemment par le secteur privé, 75 000 ont désormais perdu leur travail.

Stephan Oberreit, directeur général d'Amnesty International France : « Israël a le droit et l'obligation de protéger ses citoyens, mais en tant que puissance occupante de Gaza, elle a également une obligation juridique de garantir que les Gazaouis ont accès à la nourriture, à l'eau potable, à l'électricité et aux soins médicaux. Punir la population de Gaza dans son ensemble en la privant de ses droits humains fondamentaux constitue une grave violation du droit international humanitaire. La situation actuelle est la conséquence d'interventions humaines et doit être inversée. »

Les ONG françaises Oxfam France, Amnesty International France et Médecins du Monde en appellent au gouvernement français afin qu’il engage des actes concrets et s'implique au sein de l'Union européenne (UE) pour que, dès demain, la France et l'UE :

– exercent davantage de pression sur le gouvernement israélien afin qu'il ouvre les points de passage vers Gaza et mette fin aux coupures d'électricité et de carburant pour limiter la crise humanitaire en voie d'aggravation ;
– contribuent à faciliter un processus de réconciliation palestinienne qui pourra mener à un processus de paix crédible et effectif avec Israël ;
– abandonnent la politique de non implication, vouée à l'échec, et entament un dialogue avec toutes les parties palestiniennes, y compris le Hamas.

Marie Rajablat, responsable de la mission Palestine à Médecins du Monde, a déclaré : « Le gouvernement français devrait reconnaître qu'une nouvelle stratégie est nécessaire pour Gaza. La politique actuelle ne permet pas de sécuriser les intérêts vitaux des citoyens israéliens et, même si c'était le cas, elle en n'en demeurerait pas moins inacceptable et illégale. L'aide humanitaire peut contribuer à retarder l'effondrement complet, notamment du système de soins, mais n'apportera pas la solution de long terme qui est requise. Gaza ne peut pas devenir un partenaire pour la paix à moins qu'Israël, le Fatah et le Quartette ne se mettent à dialoguer avec le Hamas et offrent ainsi un futur aux populations de Gaza. »

Selon Nicolas Vercken, responsable de plaidoyer à Oxfam France – Agir ici : « Il ne suffit pas d'avoir fait des annonces de contributions de fonds records lors de la conférence de Paris. Les gouvernements étrangers et l’Autorité palestinienne doivent augmenter la pression sur le gouvernement Israélien pour lever le blocus de Gaza. Cela est essentiel si l’on souhaite que le processus de paix d’Annapolis aboutisse. En tant que pays hôte et président de la conférence de Paris, la France continue de porter une responsabilité particulière pour mettre fin au blocus de la bande de Gaza et contribuer ainsi à poser les fondements d’un processus de paix viable. »

Note aux rédactions

Eléments de contexte sur l'engagement d'Oxfam France sur Israël/Palestine

Oxfam France, association française de solidarité internationale, est le membre français de la confédération Oxfam International. Pour Oxfam France, lutter efficacement contre la pauvreté et les injustices dans le monde implique de réduire les conflits et la violence et de mieux protéger les civils dans les conflits, car il ne peut y avoir de droits économiques et sociaux effectifs sans le droit de vivre en sécurité. Oxfam France n’intervient pas en tant que tel dans les opérations d’urgence mais se base sur la réalité du terrain et notamment sur les témoignages des populations touchées et des équipes sur place (équipes d’autres membres du réseau Oxfam International et des ONG partenaires sur place) pour développer son plaidoyer. Dans ce contexte, Oxfam France, en lien avec les équipes sur le terrain, se mobilise pour interpeller la communauté internationale et notamment la France, afin que la sécurité et la protection des civils soient considérées comme une priorité.

Contact

Contact presse :

ldine Furi, + 33 (0)1 56 98 24 45

Notes aux rédactions

;