Gaza : Oxfam France lance un appel aux dons face à l’augmentation des besoins humanitaires

A Gaza, face à l’augmentation des besoins humanitaires entrainée par la recrudescence de la violence de ces derniers jours, Oxfam France lance un appel aux dons pour venir en aide aux populations affectées. Depuis le 8 juillet dernier, la région est plongée dans le chaos : les écoles, infrastructures et hôpitaux sont détruits, le conflit a provoqué la mort de plus de 1 000 civils dont plus de 200 enfants et 7 000 blessés.

Sur le terrain, les équipes d’Oxfam et ses partenaires intensifient leurs opérations d’urgence et ont pu venir en aide à 80 000 personnes. Près de 1,8 million de la population, soit la totalité de la population de Gaza, n’a pas ou très peu d’accès aux services d’eau et d’assainissement. Oxfam a fournide l’eau potable à plus de 58 000 personnes déplacées dans les écoles et hôpitaux, mais de nombreuses zones, trop dangereuses, restent difficiles d’accès. La distribution de bons alimentaires ont permis à plus de 15 000 personnes d’acheter des fournitures de base.

La récente destruction de la centrale électrique de Gaza a un impact considérable sur l’approvisionnement en eau et autres services essentiels. La plupart des zones de la bande de Gaza sont maintenant sans électricité tout au long de la journée. De ce fait, Gaza fait face à d’importantes pénuries d'eau. 90 % de l'eau n’était pas potable avant même la crise actuelle, mais au cours des dernières semaines, les frappes aériennes israéliennes ont détruit de nombreux systèmes d'eau et des puits, ce qui perturbe l'approvisionnement en eau pour plus d’un million de personnes. Ces dégâts augmentent le risque de contamination des réserves d'eau et la propagation des maladies. De nombreux hôpitaux doivent faire face au jour le jour à ces pénuries et obtenir suffisamment de carburant-rare et cher-  pour alimenter les pompes à eau et maintenir leurs opérations.

La situation humanitaire s’aggrave et les hôpitaux peinent à faire face à l’afflux croissant de blessés. Sur les neuf plus importants hôpitaux de Gaza, six ont été attaqués et 3 sont fermés.

Les trois quarts des morts et des blessés sont des civils, dont beaucoup de femmes et d’enfants. Ces derniers jours, avec l’intensification de l’offensive terrestre israélienne, en moyenne un enfant est tué chaque heure, à Gaza.

Oxfam afourni de l’eau potable à l’hôpital Al Shifa, qui croule sous le nombre de blessés. De nombreux établissements hospitaliers et de santé ont également été bombardés : au moins 18 services médicaux ont été touchés par des raids aériens et des tirs d’artillerie.

Pour Nicolas Vercken d’Oxfam France : « La violence n’est pas une solution à cette crise et doit cesser immédiatement. Le nombre de blessés est tout simplement scandaleux et les équipes d’Oxfam sur place sont témoins des pires souffrances. Nous réitérons notre appel à un cessez-le feu immédiat pour toutes les parties qui ne peut avoir lieu sans un véritable engagement politique qui permettrait de résoudre ce conflit et mettre fin au blocus de Gaza ».

240 000 personnes ont fui le conflit mais les frontières étant fermées, elles n’ont aucun endroit sûr où aller. La plupart d’entre elles ont trouvé refuge au sein de 90 écoles de Gaza surpeuplées : chaque classe accueillant plus de 80 personnes. Aujourd’hui, on estime à 200 000 le nombre de personnes en besoin d’aide humanitaire d’urgence.

Oxfam condamne toute violence exercée à l’encontre des populations civiles, quelle que soit la partie en cause, y compris les tirs de roquettes depuis Gaza contre Israël et les opérations militaires tant israéliennes que palestiniennes. L’ONG appelle toutes les parties à respecter le droit international humanitaire.

 

Contact

Fanny Mantaux
fmantaux@oxfamfrance.org
01 77 35 76 00  / 06 51 15 54 38

Notes aux rédactions

  • La page d’appel aux dons d’Oxfam France pour soutenir les civils de Gaza :https://www.oxfamfrance.org/donner/soutenez_les_civils_de_gaza.html
  • Oxfam travaille dans la région depuis les années 1950 et y a ouvert un bureau dans les années 1980. En collaboration avec des organisations partenaires israéliennes et palestiniennes, Oxfam cherche à améliorer les conditions de vie des Palestiniens pauvres et marginalisés qui vivent dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est.
;