Intersessions de Bonn : un pas en avant sur le financement de l’adaptation ?

Alors que les discussions sur le climat se terminent à Bonn, les pays développés comme les pays en développement ont commencé à prendre conscience de la nécessité d’agir pour combler le déficit de financement de l'adaptation lors de la prochaine conférence des Nations Unies au Maroc, la COP22.

Pour Armelle Le Comte, chargée de plaidoyer climat et énergie à Oxfam France :

« Les 10 % les plus riches de la planète sont responsables d’environ la moitié des émissions de CO2 mondiales. Les pays développés doivent tenir leur promesse de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 pour soutenir les populations les plus pauvres, les moins responsables du changement climatique.

Le changement climatique est une réalité brutale à laquelle sont confrontées des millions de personnes parmi les plus vulnérables au monde. Même si les discussions à Bonn montrent que l’adaptation fait désormais partie des priorités de la COP22, les pays développés doivent encore démontrer comment ils comptent combler le manque actuel de financements.

La COP22 doit voir l'adoption d’une feuille de route claire concernant la promesse des 100 milliards et doit apporter des précisions et fixer des objectifs quantifiés en matière de financement pour l'adaptation. »

Contact

Sarah Roussel
sroussel@oxfamfrance.org
06 51 15 54 38
Twitter : @Sarah_Roussel

Notes aux rédactions

Oxfam a publié le 16 mai un rapport intitulé « Un goût d’inachevé » qui faisant l'état des lieux des financements climat après l'accord de Paris. 

;