L’OCDE publie aujourd’hui son analysede la politique d’aide publique au développement de la France sur un bilan en demi-teinte des cinq dernières années. Bien que des efforts aient été mis en œuvre pour une plus grande transparence de l’aide française, il reste encore beaucoup d’enjeux en la matière.

Si le rapport salut les engagements du Président Macron d’augmenter le montant de l’aide à 0,55% de la richesse nationale à la fin de son mandat en 2022, il rappelle qu’il faut pour cela mobiliser plus d’un milliard d’euros par an sur les quatre prochaines années.

Pour Robin Guittard, porte-parole d’Oxfam France : « La balle est désormais dans le camp du gouvernement : lundi prochain le budget 2019 sera présenté en Conseil des Ministres. Une opportunité claire pour démontrer que l’engagement d’augmenter les crédits de l’aide publique au développement n’est pas une parole en l’air. »

La France doit également faire mieux dans la mise en œuvre de ses programmes. Ainsi l’OCDE souligne que l’aide française reste à la traine en termes d’égalité femmes-hommes : seulement 22% des projets incluent cette perspective contre 40% en moyenne au niveau des pays de l’OCDE.

L’organisation alerte aussi des risques d’un détournement accru de l’aide pour soutenir des politiques d’ordre sécuritaire ou de contrôle migratoire.

« La tentation est grande, en France comme en Europe, d’utiliser l’argent de l’aide dans des opérations militaires au Mali ou au Tchad, ou encore de retenir les personnes migrantes et réfugiées loin de nos côtes. Or, l’aide doit être mis au service des populations locales pour les accompagner à lutter contre la pauvreté, les inégalités et le changement climatique. »

Contacts

Robin GUITTARD
06 28 49 01 43

Notes aux rédactions

Lien vers le rapport de la revue des pairs de l’OCDE

Un monde plus juste