Communication d’Oxfam en amont du sommet mondial sur la santé du G20 ce vendredi 21 mai.

Au moins neuf personnes sont devenues milliardaires depuis le début de la pandémie de COVID19, grâce aux profits faramineux des groupes pharmaceutiques qui ont un monopole sur la production de vaccins contre le COVID, selon les révélations de la People’s Vaccine Alliance (1) en amont du sommet mondial sur la santé du G20.

Demain, les pays du G20 se réuniront à Rome pour un sommet sur la santé mondiale. Alors que la question de l’accès équitable aux vaccins anti-Covid19 dans le monde sera à l’agenda, des membres clés du G20, notamment le Royaume-Uni et l’Allemagne, continuent de bloquer les initiatives visant à lever les barrières liées à la propriété intellectuelle, maintenant les monopoles de quelques groupes pharmaceutiques sur la production des vaccins. La France continue de porter une position ambigüe et n’a toujours pas annoncé officiellement son soutien à la demande de dérogation temporaire portée par l’Inde, l’Afrique du Sud et une centaine de pays du Sud à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ces blocages interviennent alors même que le COVID-19 continue de faire des ravages dans des pays comme l’Inde ou le Népal, où seule une très faible partie de la population a pu être vaccinée.

Les neuf milliardaires, ont amassé une fortune nette de 19,3 milliards de dollars, somme qui permettrait de vacciner 1,3 fois l’ensemble des pays à faibles revenus. Dans le même temps, ces pays n’ont reçu que 0,2 % des vaccins produits dans le monde, notamment en raison de l’important déficit de doses disponibles. (2)

Il faut également ajouter que huit milliardaires – qui ont de vastes portefeuilles d’actions dans les sociétés pharmaceutiques produisant les vaccins contre le COVID-19 – ont vu leur richesse combinée augmenter de 32,2 milliards de dollars, soit assez pour vacciner toute la population indienne.

La People’s Vaccine Alliance – composée entre autres de Global Justice Now, Oxfam, et ONUSIDA – a analysé la liste des milliardaires du magazine Forbes (3) et a pu mettre en avant l’importance des richesses générées par la pandémie pour quelques personnes, et ce alors même que les vaccins ont été en grande partie financés avec l’argent public.

A la toute première place du classement des nouveaux milliardaires se trouve le PDG de Moderna, le Français Stéphane Bancel, suivi du PDG de BioNTech, chacun avec une richesse de plus de 4 milliards de dollars. Le classement inclut également deux des investisseurs-fondateurs de Moderna, mais également le président de l’entreprise et le PDG d’une entreprise qui collabore avec Moderna pour produire et expédier les vaccins.

Pour Sandra Lhote-Fernandes, responsable du plaidoyer santé chez Oxfam France, c’est un « témoignage de notre échec collectif à contrôler cette maladie sans pitié. Nous créons rapidement de nouveaux milliardaires grâce aux vaccins mais échouons totalement à vacciner les milliards de personnes qui ont désespérément besoin de se sentir en sécurité. »

« Ces milliardaires sont l’incarnation des profits immenses que de nombreuses sociétés pharmaceutiques font grâce au monopole qu’elles détiennent sur ces vaccins. Ces vaccins ont été financés par des fonds publics et devraient être avant tout un bien public mondial. Aujourd’hui, c’est seulement une opportunité de profit privé. Ce n’est pas juste. Nous devons mettre fin de toute urgence à ces monopoles afin de pouvoir intensifier la production de vaccins, faire baisser les prix et vacciner le monde entier »

« La position de la France sur la levée temporaire des brevets n’est toujours pas claire. Nous demandons à Emmanuel Macron de se prononcer publiquement et clairement en faveur de la demande de dérogation portée par l’Inde, l’Afrique du Sud et une centaine de pays en développement à l’OMC lors de son discours au sommet de la santé mondiale à Rome. La France doit affirmer clairement son soutien et convaincre ses partenaires européens de soutenir la demande de levée des brevets lors de la prochaine réunion de l’Organisation mondiale du commerce les 8 et 9 juin prochains », insiste Sandra Lhote-Fernandes, en rappelant également que plus de 54 000 citoyen·ne·s et 156 personnalités politiques françaises ont déjà rejoint Oxfam dans cette demande.(4)

La richesse de ces milliardaires, amassée grâce aux vaccins, vient des bourses mondiales qui font grandement augmenter le cours des groupes pharmaceutiques détenant le monopole sur les vaccins contre le COVID et espérant tirer d’énormes bénéfices de cette situation de monopole. La People’s Vaccine Alliance a mis en garde sur le danger que représentent ces monopoles. Ceux-ci permettent en effet à quelques groupes pharmaceutiques de contrôler à la fois l’approvisionnement et le prix des vaccins. Quelques industriels peuvent ainsi augmenter leurs profits tout en mettant les pays, ceux pauvres et émergents en particulier, dans une situation difficile pour obtenir les stocks dont ils ont besoin pour leur vaccination.

Plus tôt ce mois-ci, les États-Unis ont apporté leur soutien à la proposition déposée par l’Afrique du Sud et l’Inde à l’OMC qui visait à suspendre les brevets, et donc les monopoles, sur les vaccins contre le COVID-19. Cette proposition a déjà reçu le soutien de plus d’une centaine de pays en développement, et, ces derniers jours, des pays comme l’Espagne ont rejoint cette grande coalition. Cette initiative de l’Afrique du Sud et de l’Inde est également soutenue par le Pape et plus d’une centaine de personnalités politiques mondiales et lauréats de prix Nobel.

Malgré ces soutiens massifs, d’autres pays riches, dont le Royaume-Uni et l’Allemagne, continuent de bloquer la proposition de levée des brevets, montrant que leur priorité est bien l’intérêt économique des groupes pharmaceutiques et non la sortie de la crise. L’Italie, qui organise le sommet du G20 sur la santé mondiale demain, n’a pas encore totalement fait son choix, pas plus que la France ou le Canada qui affichent encore des positions ambivalentes.

Heidi Chow, Directrice des campagnes et du plaidoyer pour Global Justice Now explique : « alors que des milliers de personnes meurent chaque jour en Inde, il est totalement abjecte que le Royaume-Uni, l’Allemagne ou d’autres pays aient pour priorité les intérêts des millionnaires des grands groupes pharmaceutiques et non ceux des milliards de personnes qui ont besoin de ces vaccins ».

« Si nous avons des vaccins hautement efficaces, c’est en grande partie grâce à des sommes massives d’argent issues des contribuables, il est donc injuste que quelques individus encaissent des centaines de millions de dollars alors même que des centaines de millions de personnes font face à une deuxième ou une troisième vague du virus sans en être protégées. C’est grâce à la triste loyauté de certains gouvernements envers les groupes pharmaceutiques que quelques personnes ont été autorisées à devenir milliardaires, grâce aux fonds publics mobilisés pour mettre fin à la pandémie. »

Winnie Byanyima, Directrice exécutive à l’ONUSIDA, rapporte : « alors que les entreprises qui font des profits spectaculaires sur les vaccins contre le COVID refusent de partager leur science et leurs technologies avec d’autres afin d’augmenter l’offre mondiale de vaccins, le monde continue de faire face aux dangereux risques de mutation qui pourraient rendre les vaccins actuellement disponibles inefficaces, et à nouveau mettre tout le monde en danger ».

« La pandémie a un coût humain terrible, il est obscène que les profits continuent à être préférés à la possibilité de sauver des vies. »

Contact presse :

Pour davantage d’informations, ou pour organiser une interview, merci de contacter :
Marika Bekier, responsable des relations médias, mbekier@oxfamfrance.org, +33 6 24 34 99 31,

Note aux rédacteurs :

(1) La People’s Vaccine Alliance est un mouvement d’organisations humanitaires, de santé et de droits humains, d’anciens ou d’actuels dirigeants mondiaux, d’experts de la santé, de chefs religieux et d’économistes qui demandent que les vaccins contre le Covid-19 soient fabriqués rapidement et à grande échelle, qu’ils soient considérés comme des biens publics mondiaux, libres de toute barrière comme la protection intellectuelle et soient disponibles pour tout le monde, dans tous les pays, gratuitement.
https://peoplesvaccine.org/

(2) Les données pour la vaccination des pays se basent sur la définition des « Low Income Countries », dont la population est égale à 775 710 612 (selon les chiffres onusiens UN Population 2020). Le coût moyen d’une dose de vaccin est de 19$, et se base sur une moyenne des coûts des 5 grands producteurs de vaccins. En revanche, les prix devraient être bien inférieurs et le coût de 19$ par vaccin est donné à titre illustratif uniquement. Ce chiffre n’est en aucun cas une approbation de ces prix inacceptablement hauts. La nouvelle richesse de ces neuf milliardaires permettrait de vacciner l’ensemble de ces Low Income Countries 1,3 fois.
La population indienne (selon UN Population 2020) est égale à 1,38 milliards, et la hausse des richesses des 8 milliardaires permettrait de vacciner chaque personne en Inde 1,2 fois.
Toutes les données se basent sur une vaccination à double injection.
Les données concernant la vaccination des Low Income Countries viennent de Our World in Data: https://ourworldindata.org/covid-deaths

(3) Les données viennent d’une analyse de la Forbes Rich List, annuellement publiée, datée du 6 avril 2021. https://www.forbes.com/billionaires

Les neuf nouveaux milliardaires grâce aux vaccins sont, par ordre de leur valeur nette :

  1. Stéphane Bancel – PDG de Moderna (4.3 milliards de dollars)
  2. Ugur Sahin – PDG et co-fondateur de CEO BioNTech (4 milliards de dollars)
  3. Timothy Springer – immunologiste et investisseur-fondateur de Moderna (2.2 milliards de dollars)
  4. Noubar Afeyan – Président de Moderna (1.9 milliards de dollars)
  5. Juan Lopez-Belmonte – Président de ROVI, une entreprise ayant passé un accord pour fabriquer et emballer le vaccin Moderna (1,8 milliards de dollars)
  6. Robert Langer – scientifique et investisseur-fondateur de Moderna (1,6 milliards de dollars)
  7. Zhu Tao – co-fondateur et directeur scientifique de CanSino Biologics (1,3 milliards de dollars)
  8. Qiu Dongxu – cofondateur et co-founder vice-président de CanSino Biologics (1,2 milliards de dollars)
  9. Mao Huinhoa – cofondateur et co-founder vice-président de CanSino Biologics (1 milliard de dollars)

(4) La campagne menée avec les personnalités politiques a été accompagnée d’un texte plébiscité par plus de 54 000 personnes, demandant lui-aussi la levée des brevets. https://www.oxfamfrance.org/petitionvaccingratuitcoronavirus/