Nations unies : des financements innovants face au changement climatique

Le rapport du Groupe consultatif de haut niveau des Nations unies sur le financement de la lutte contre les changements climatiques (AGF), rendu public vendredi 5 novembre 2010 à New York, met clairement en évidence la possibilité de lever des fonds publics pour aider les pays pauvres à s'adapter au changement climatique, notamment via des financements innovants.

Pour David Waskow, porte-parole d'Oxfam : « Ce document officiel est un message adressé aux parties engagées dans les négociations climat démontrant qu'il est possible de régler la question complexe du financement de la lutte contre le changement climatique, une des principales promesses de Copenhague, grâce à des sources de financements publics innovantes. Il revient désormais aux dirigeants politiques d'élaborer un plan détaillé pour mettre en place au plus vite de tels financements, en s'assurant que ces fonds soient bien additionnels à l'aide au développement. »

« Seuls des financements publics peuvent venir en aide aux communautés luttant pour s'adapter au changement climatique et soutenir les pays pauvres dans l'élaboration de stratégies de croissance à faible émission de carbone ».

Le gouvernement français, représenté dans le groupe par la ministre Christine Lagarde, a toujours affirmé soutenir la mise en place d'instruments innovants tels qu'une taxe sur les transports ou les transactions financières.

« La France doit défendre la mise en œuvre de ces instruments dans les différents forums internationaux où la question des financements climat est abordée, mais aussi dans le cadre de sa présidence du G20 en 2011. L'analyse des financements climat actuels nous montre que seule la mise en place de financements innovants permettra de répondre à l'ampleur des besoins nouveaux et additionnels », rappelle Romain Benicchio d'Oxfam France.

Les pays se réunissant à Cancún fin novembre 2010 devront mettre sur pied un fonds vert mondial pour gérer ces sommes, et se mettre d'accord sur son processus de financement avant le prochain sommet sur le changement climatique de 2011, en Afrique du Sud. Pour Oxfam, le financement de ce fonds doit inclure les sources innovantes identifiées par l'AGF, notamment des taxes justes sur les émissions non plafonnées de l'industrie du transport maritime et aérien ainsi qu'un prélèvement sur les transactions financières.

Contact presse

– Magali Rubino : 06 30 46 66 04 / rubino@oxfamfrance.or

Note aux rédactions

L'AGF a été mis en place en février 2010 par le Secrétaire général des Nations unies pour trouver des moyens de mobiliser les 100 milliards de dollars annuels promis par les pays développés aux pays pauvres pour faciliter l'adaptation de ces derniers au changement climatique et la réduction de leurs émissions de carbone.

En savoir plus

– Consulter la iste des communiqués de presse d'Oxfam et Oxfam France sur le changement climatiqu
– S'informer sur la ampagne « Privés de terre, privés d'avenir pour soutenir les paysans du Sud face au changement climatique et aux menaces d'accaparement des terres
– Consulter le [programme d'Oxfam France sur le changement climatique->-S-informer,109-]

||Communiqué envoyé dans le cadre d’une campagne lancée en septembre 2009 et réalisée avec l’aide financière de l’Union européenne. Le contenu de cette campagne relève de la seule responsabilité d’Oxfam France et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.|

Contact

Notes aux rédactions

;