New York : réaction d’Oxfam France au discours de Nicolas Sarkozy à l’ONU.

{{Paris, le 22 septembre 2008}}. Le discours de Nicolas Sarkozy à New York aujourd’hui lors de la Réunion sur {« les besoins de développement de l’Afrique »} confirme les inquiétudes exprimées par Oxfam France en amont de ce sommet : {{Nicolas Sarkozy, et avec lui l’Union européenne, sont venues à New York les mains vides}}.

On ne peut que souscrire au constat fait par Nicolas Sarkozy dans son discours sur la difficulté d’atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement en Afrique et sur la nécessité de mettre les questions de santé et d’éducation au cœur de la politique de coopération de la France. On ne peut qu’approuver la volonté affichée par le Président de renforcer l’harmonisation et la coordination des bailleurs de fonds pour rendre l’aide publique au développement plus cohérente et plus efficace.

On voudrait même croire Nicolas Sarkozy lorsqu’il engage la France et l’Union européenne pour atteindre les 0,7% de notre richesse consacrés à l’aide publique au développement d’ici à 2015. Or, aujourd’hui, tout montre que la France ne se donne pas les moyens d’atteindre cet objectif Selon les chiffres de l’OCDE, en 2007, pour la première fois depuis 2000, le montant de l’aide française chute, et ce de façon considérable : il passe de 10,60 milliards de dollars en 2006 – soit 0,47% du PIB – à 9,94 milliards de dollars en 2007 – soit 0,39% du PIB.].

« Les discours ne font pas une politique. Oxfam France avait salué, en juin dernier, l’annonce de Nicolas Sarkozy de créer un Partenariat mondial pour l’alimentation, notamment pour développer les agricultures locales, et de le faire financer par la mobilisation d’un milliard de crédits non utilisés de la PAC. Où en est-on aujourd’hui ? Rien n’est en place, rien n’est déboursé », a déclaré Sébastien Fourmy, d’Oxfam France.

«On ne peut raisonnablement saluer un discours qui ne présente aucun plan d’action immédiat. Les investissements massifs en faveur de l’éducation, de la santé et de l’agriculture en Afrique doivent être faits dès aujourd’hui, pas en 2015 ! » ajoute Sébastien Fourmy.

Contact

Contact presse :

agali RUBIN : 01 56 98 24 45 – 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

;