« On a encore besoin de chacun des casques bleus déployés au Congo »

On a encore besoin de chacun des casques bleus déployés en République Démocratique du Congo, a déclaré Oxfam France aujourd’hui [28 mai 2010], alors que le Conseil de sécurité des Nations unies vient de renouveler le mandat de la Monuc, l’opération de maintien de la paix des Nations unies dans ce pays.

Bien que le mandat ait été renouvelé, le format de la mission va évoluer. Jusqu’à 2 000 troupes pourraient quitter le Congo d’ici au 30 juin 2010 et il est prévu que la mission passe d’une force de maintien de la paix à une force de stabilisation au 1er juillet, quand elle sera renommée Monusco. Les Nations unies indiquent que toute réduction de troupes supplémentaire s’effectuera sur la base de la situation sécuritaire sur le terrain.

Nicolas Vercken, d’Oxfam France, a déclaré : « De nombreuses régions du Congo restent plongées dans l’insécurité, et la violence y constitue une menace quotidienne. La moindre réduction du nombre de casques bleus pourrait être une mauvaise nouvelle pour les Congolaises et Congolais ordinaires. »

« Le Congo à besoin de chacun des casques bleus qui y sont déployés, chaque paire de bottes compte. Même si nous souhaiterions qu’ils soient plus proactifs et efficaces dans leurs opérations quotidiennes, les soldats de maintien de la paix continuent de jouer un rôle important de dissuasion, notamment à l’Est du Congo. Quelques 162 000 personnes ont déjà dû quitter leur foyer depuis le début de cette année, et au cours des dernières semaines les rapports des Nations unies ont encore fait état de tueries et de viols de masse. »

« Le Conseil de Sécurité doit respecter sa parole. La France, qui y pilote le dossier congolais, doit notamment s’assurer que toute réduction future des effectifs de maintien de la paix sera décidée en fonction de la situation sécuritaire sur le terrain, des souhaits des communautés congolaises au niveau local, ainsi que de la capacité de l’armée congolaise à protéger sa propre population civile. Selon les communautés auprès desquelles nous travaillons, des éléments de l’armée congolaise, ainsi que des milices armées, continuent d’être responsables d’un grand nombre des exactions que la population subit. Le gouvernement congolais a pris des mesures positives pour y remédier, telle qu’une politique de 'tolérance zéro' à l’égard des exactions, mais il reste encore beaucoup à faire pour réformer l’armée. »

Oxfam France a également souligné que le Conseil de Sécurité des Nations unies devait développer des indicateurs clairs pour évaluer les progrès réalisés en matière de réforme de l’armée. Ceux-ci doivent inclure des procédures adéquates de sélection afin de s’assurer que les responsables de violations des droits de l’homme ne deviennent pas des commandants, des formations en matière de droits de l’homme et des garanties que les malfaiteurs dans l’armée pourront et seront effectivement traduits en justice.

Contact presse

Magali Rubino : rubino@oxfamfrance.or / Tel : 01 56 98 24 45 / 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

– Oxfam France mène actuellement une campagne intitulée 15 ans de guerre – tout un avenir à reconstruire »|RD Congo : 15 ans de guerre, tout un avenir à reconstruire – Oxfam Franc, avec d’autres organisations, pour mobiliser le grand public et interpeller les autorités françaises afin qu’elles s’attaquent aux causes structurelles du conflit et mettent fin à l’insécurité, à la pauvreté, au pillage des ressources et à la corruption généralisée. Pétition à signer en ligne sur le site d'Oxfam France ww.oxfamfrance.or

– Près de 2 millions de personnes déplacées ne sont toujours pas en mesure de regagner leurs maisons du fait de la poursuite du conflit au Congo.

– Selon les Nations unies, 162 673 personnes ont été déplacées entre janvier et avril 2010 au Nord Kivu (73 985), au Sud Kivu (67 750) et dans la Province Orientale (20 938).

– Des enquêtes sont en cours concernant les rapports qui ont été faits sur un massacre de 200 personnes par la LRA dans la zone de Kpanga, au Haut Uélé, en février dernier. Plus de 300 personnes avaient déjà été massacrées à cet endroit en à peine 4 jours en décembre 2009.

– Selon les Nations unies, environ 160 femmes sont violées chaque semaine dans les Kivus, principalement par des hommes en armes.

Contact

Notes aux rédactions

communiques-de-presseArray
(
    [0] => WP_Term Object
        (
            [term_id] => 687
            [name] => Communiqués de presse
            [slug] => communiques-de-presse
            [term_group] => 0
            [term_taxonomy_id] => 687
            [taxonomy] => category
            [description] => 
            [parent] => 0
            [count] => 1213
            [filter] => raw
            [cat_ID] => 687
            [category_count] => 1213
            [category_description] => 
            [cat_name] => Communiqués de presse
            [category_nicename] => communiques-de-presse
            [category_parent] => 0
        )

)
WP_Post Object
(
    [ID] => 3685
    [post_author] => 2
    [post_date] => 2010-05-28 08:35:00
    [post_date_gmt] => 2010-05-28 06:35:00
    [post_content] => 

On a encore besoin de chacun des casques bleus déployés en République Démocratique du Congo, a déclaré Oxfam France aujourd’hui [28 mai 2010], alors que le Conseil de sécurité des Nations unies vient de renouveler le mandat de la Monuc, l’opération de maintien de la paix des Nations unies dans ce pays.
Bien que le mandat ait été renouvelé, le format de la mission va évoluer. Jusqu’à 2 000 troupes pourraient quitter le Congo d’ici au 30 juin 2010 et il est prévu que la mission passe d’une force de maintien de la paix à une force de stabilisation au 1er juillet, quand elle sera renommée Monusco. Les Nations unies indiquent que toute réduction de troupes supplémentaire s’effectuera sur la base de la situation sécuritaire sur le terrain. Nicolas Vercken, d’Oxfam France, a déclaré : "De nombreuses régions du Congo restent plongées dans l’insécurité, et la violence y constitue une menace quotidienne. La moindre réduction du nombre de casques bleus pourrait être une mauvaise nouvelle pour les Congolaises et Congolais ordinaires." "Le Congo à besoin de chacun des casques bleus qui y sont déployés, chaque paire de bottes compte. Même si nous souhaiterions qu’ils soient plus proactifs et efficaces dans leurs opérations quotidiennes, les soldats de maintien de la paix continuent de jouer un rôle important de dissuasion, notamment à l’Est du Congo. Quelques 162 000 personnes ont déjà dû quitter leur foyer depuis le début de cette année, et au cours des dernières semaines les rapports des Nations unies ont encore fait état de tueries et de viols de masse." "Le Conseil de Sécurité doit respecter sa parole. La France, qui y pilote le dossier congolais, doit notamment s’assurer que toute réduction future des effectifs de maintien de la paix sera décidée en fonction de la situation sécuritaire sur le terrain, des souhaits des communautés congolaises au niveau local, ainsi que de la capacité de l’armée congolaise à protéger sa propre population civile. Selon les communautés auprès desquelles nous travaillons, des éléments de l’armée congolaise, ainsi que des milices armées, continuent d’être responsables d’un grand nombre des exactions que la population subit. Le gouvernement congolais a pris des mesures positives pour y remédier, telle qu’une politique de 'tolérance zéro' à l’égard des exactions, mais il reste encore beaucoup à faire pour réformer l’armée." Oxfam France a également souligné que le Conseil de Sécurité des Nations unies devait développer des indicateurs clairs pour évaluer les progrès réalisés en matière de réforme de l’armée. Ceux-ci doivent inclure des procédures adéquates de sélection afin de s’assurer que les responsables de violations des droits de l’homme ne deviennent pas des commandants, des formations en matière de droits de l’homme et des garanties que les malfaiteurs dans l’armée pourront et seront effectivement traduits en justice.

Contact presse

Magali Rubino : rubino@oxfamfrance.or / Tel : 01 56 98 24 45 / 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

- Oxfam France mène actuellement une campagne intitulée 15 ans de guerre - tout un avenir à reconstruire"|RD Congo : 15 ans de guerre, tout un avenir à reconstruire - Oxfam Franc, avec d’autres organisations, pour mobiliser le grand public et interpeller les autorités françaises afin qu’elles s’attaquent aux causes structurelles du conflit et mettent fin à l’insécurité, à la pauvreté, au pillage des ressources et à la corruption généralisée. Pétition à signer en ligne sur le site d'Oxfam France ww.oxfamfrance.or - Près de 2 millions de personnes déplacées ne sont toujours pas en mesure de regagner leurs maisons du fait de la poursuite du conflit au Congo. - Selon les Nations unies, 162 673 personnes ont été déplacées entre janvier et avril 2010 au Nord Kivu (73 985), au Sud Kivu (67 750) et dans la Province Orientale (20 938). - Des enquêtes sont en cours concernant les rapports qui ont été faits sur un massacre de 200 personnes par la LRA dans la zone de Kpanga, au Haut Uélé, en février dernier. Plus de 300 personnes avaient déjà été massacrées à cet endroit en à peine 4 jours en décembre 2009. - Selon les Nations unies, environ 160 femmes sont violées chaque semaine dans les Kivus, principalement par des hommes en armes.

Contact

Notes aux rédactions

[post_title] => "On a encore besoin de chacun des casques bleus déployés au Congo" [post_excerpt] => On a encore besoin de chacun des casques bleus déployés en République Démocratique du Congo, a déclaré Oxfam France aujourd’hui [28 mai 2010], alors que le Conseil de sécurité des Nations unies vient de renouveler le mandat de la Monuc, l’opération de maintien de la paix des Nations unies dans ce pays. [post_status] => publish [comment_status] => closed [ping_status] => closed [post_password] => [post_name] => on-a-encore-besoin-de-chacun-des-casques-bleus-deployes-au-congo [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-10-02 11:58:38 [post_modified_gmt] => 2018-10-02 09:58:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.oxfamfrance.org/pressrelease/on-a-encore-besoin-de-chacun-des-casques-bleus-deployes-au-congo/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw )