Oxfam International appelle les autorités israéliennes à augmenter les livraisons de gaz domestique dans Gaza avant le début de la fête musulmane de l’Aïd

Oxfam International avertit que les familles, les boulangeries et les hôpitaux de Gaza vont bientôt manquer de gaz domestique, alors que les festivités annuelles de l’Aïd El-Adha commencent vendredi. Oxfam demande aux autorités israéliennes d’autoriser la livraison des quantités de gaz domestique nécessaires pour répondre aux besoins des Gazaouis et pour reconstituer les stocks.

Cinq des dix familles contactées par Oxfam ce dimanche ont déclaré avoir consommé toutes leurs bouteilles de gaz domestique, et les autres ont indiqué qu’elles auraient bientôt épuisé leurs réserves. Le Ministère de la santé a déclaré ne recevoir qu’un tiers des quantités de gaz qui lui sont nécessaires. Cela signifie que certains hôpitaux pourraient avoir à interrompre leurs services de restauration et de laverie d’ici quelques jours si la pénurie se poursuit, ce qui aurait un impact significatif sur l’hygiène.

« Les habitants de Gaza ne devraient pas avoir à célébrer l’Aïd sans pouvoir cuisiner parce que leurs réserves de gaz domestiques sont épuisées » a déclaré Jeremy Hobbs, Directeur exécutif d’Oxfam International.  » Réduire les quantités de gaz domestique dont ont besoin les familles, les boulangeries et les hôpitaux constitue une peine collective qui doit prendre fin ».

« Présent au Proche Orient la semaine dernière, Bernard Kouchner y a notamment signé une convention pour la réhabilitation d'un hôpital à Gaza mais il a dû renoncer une fois de plus à se rendre sur place. Il aurait pourtant pu y constater de visu les conséquences du blocus sur la population et en particulier les difficultés des structures de santé et des organisations humanitaires à travailler dans la Bande de Gaza, ce que l'actuelle pénurie de gaz ne va pas arranger » ajoute Nicolas Vercken d'Oxfam France.

Alors que l’hiver a débuté, les besoins en gaz domestique augmentent pour les familles, les boulangeries, les hôpitaux et les fermes de Gaza. Des restrictions du gaz domestique conduisant à la fermeture de plusieurs boulangeries s’étaient déjà produites à Gaza l’année dernière avant l’Opération militaire israélienne « Plomb Durci ». Les fermiers craignent de se retrouver dans une situation similaire à celle de novembre de l’année dernière, lorsqu’ils avaient dû tuer plus de 400 000 poussins faute de gaz domestique permettant de chauffer les fermes et de les maintenir en vie.

 » Les familles de Gaza ont le droit de préparer des repas chauds, d’acheter du pain et de se chauffer, surtout maintenant que l’hiver a commencé «  ajoute Jeremy Hobbs.  » Tous les points de passage disponibles doivent opérer au maximum de leur capacité afin de fournir du gaz domestique, de répondre aux besoins immédiats et de reconstituer les stocks « .

A Gaza, l’union des propriétaires de stations de gaz a déclaré à Oxfam que le dernier problème en date avait débuté il y a un mois, lorsque les autorités israéliennes ont commencé à transférer l’acheminement de gaz domestique vers Gaza du terminal habituel de Nahal Oz vers le point de passage de Kerem Shalom, arguant que leur décision avait été prise pour des raisons de sécurité. Or Kerem Shalom ne dispose pas d’une capacité suffisante pour transférer les quantités de gaz dont les Gazaouis ont besoin.

Selon l’union des propriétaires de stations de gaz, les 1,5 million d’habitants de la bande de Gaza ont besoin de 4 500 tonnes de gaz domestique par mois en été, et de 6 000 tonnes en hiver. En septembre, 2 500 tonnes de gaz domestique ont été transférées vers Gaza, contre seulement 1 700 tonnes en octobre et 697 en novembre à ce jour. En dépit de la pénurie, aucune livraison de gaz domestique n’a été effectuée hier, lundi 23 novembre.

Le terminal de Nahal Oz dispose de deux pipelines et offre une capacité de stockage. Il a acheminé jusqu'à 400 tonnes par jour par le passé. Le nouveau pipeline du point de passage de Kerem Shalom ne dispose que d’une capacité maximale de 100 tonnes par jour, et il n’offre aucune capacité de stockage.

Contact

Contact presse :

xfam France : Magali RUBIN : 01 56 98 24 45 – 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

;