Présidence française de l’Union européenne : « M. Sarkozy, vos promesses ne suffisent pas ! »

{{Bruxelles/Strasbourg, 10 juillet 2008}} – Tandis que Nicolas Sarkozy présente aujourd’hui au parlement européen de Strasbourg ses priorités pour la présidence française de l’Union européenne, et alors que le G8 vient d’échouer à relever le défi d’un monde en crise, Oxfam France rappelle que {{la crédibilité de la France et de l’Europe sont en jeu}}.

Il doit montrer que la France et l’Union européenne tiendront leurs promesses en matière d’aide au développement et mettront un terme aux politiques européennes qui contribuent à détériorer les conditions de vie des populations les plus pauvres dans le monde. « Le G8 qui vient de se terminer au Japon n’a pas permis d’engager les progrès tant attendus. Pour faire face aux enjeux du changement climatique, à l’envolée des prix alimentaires et à la pauvreté dans le monde, la France doit aujourd’hui impulser des actions ambitieuses au sein de l’Union européenne », déclare Luc Lamprière, directeur d’Oxfam France. Oxfam France appelle notamment Nicolas Sarkozy à mettre en œuvre concrètement les promesses sur l’aide au développement à l’occasion du sommet d’urgence des Nations unies sur la pauvreté, en septembre prochain, ainsi qu’à prendre des mesures concrètes sur un accord mondial pour lutter contre le réchauffement climatique lors des discussions cruciales des Nations unies sur le climat, qui se tiendront en décembre à Poznan, en Pologne. Oxfam France salue les annonces d’augmentation des financements en faveur du développement agricole, mais avertit que cela ne sera pas suffisant sans des règles commerciales et agricoles justes et équitables pour les pays les plus pauvres. Oxfam France alerte sur le fait que de nombreuses politiques de l’UE – des accords de libre-échange avec l’Afrique aux directives destructrices sur les agrocarburants – vont à l’encontre du développement et empêchent les populations pauvres de subvenir aux besoins de leurs familles, maintenant comme dans le futur. « Pourquoi les pays pauvres devraient-ils croire l’Europe quand elle annonce qu’elle versera un milliard d’euros pour l’agriculture, alors qu’elle n’a jusqu’à présent jamais rempli ses promesses faites au G8 matière d’aide publique au développement ? La France et l’Europe sont sur une pente glissante. Le montant de leur aide a chuté l’année dernière, c’est tout simplement insuffisant », rappelle Luc Lamprière. « L’Europe ne peut pas brûler la nourriture tandis que les gens meurent de faim. Ce n’est plus le moment d’ergoter sur les conséquences du changement climatique. Il faut une action urgente pour assurer la diminution des émissions de gaz à effet de serre au cours des prochaines années. Sans cela, des décennies de progrès en termes de lutte contre la pauvreté seront anéanties par un changement climatique irréversible », déclare Luc Lamprière. La politique de sécurité et de défense de l’UE compte parmi les priorités de la présidence française. Oxfam France invite la France à travailler de concert avec les autres membres de l’UE afin d’accroître sa capacité à protéger les civils affectés par un conflit et de répondre plus efficacement et rapidement aux situations de crises. L’Europe doit montrer son leadership et travailler avec les autres régions, en particulier avec l’Union africaine, afin de s’assurer qu’à l’avenir la communauté internationale ne restera pas immobile alors que des civils continuent de souffrir lors des conflits dans le monde. « Les présidences se succèdent, réunions et conférences sans fin voient de belles idées émerger … mais en fin de compte rien ne se passe. La France a maintenant l’opportunité de redéfinir le rôle de l’Europe dans le monde. Nicolas Sarkozy a raison de souligner dans ses discours qu’un enfant meurt toutes les 30 secondes de la faim. Mais la question est aujourd’hui de savoir : que va-t-il faire lors de la présidence française pour remédier à cela ? », conclut Luc Lamprière

;