RDC : Oxfam demande des troupes de l’Union européenne en renfort des casques bleus

Les ministres européens qui vont se réunir demain lundi à Marseille doivent trouver un accord pour {{envoyer des troupes européennes en renfort des forces de maintien de la paix des Nations unies à l’Est du Congo}}, a déclaré l’association Oxfam International.

Le cessez-le-feu décrété par le Congrès National de Défense des Peuples (CNDP) du Général Laurent Nkunda continue de tenir, mais il est très précaire et des tirs sporadiques ont été échangés. Alors que des milliers de personnes sont dispersées au-delà des lignes rebelles en dehors de la ville de Goma, il est difficile pour les organisations humanitaires de leur apporter l’aide dont elles ont urgemment besoin.

Des troupes supplémentaires permettraient à l’opération de maintien de la paix des Nations unies, la MONUC, de se concentrer sur les tâches essentielles de protection des civils et de soutien de la paix ; elles permettraient également de faciliter l’accès des agences humanitaires aux personnes dans le besoin. La MONUC avait déjà montré ses limites avant même que n’éclatent les derniers combats et a clairement eu des difficultés à garantir la sécurité. Alors que l’insécurité prévaut dans les Kivus et à l’Est du Congo, il y a un risque grave que le redéploiement de ces troupes vers Goma rende les civils dans le reste de la province davantage vulnérables aux attaques.

« L’Union européenne est la mieux à même de fournir les troupes additionnelles dont les populations du Congo ont désespérément besoin. Compte tenu de la fragilité du cessez-le-feu et les craintes relatives à la reprise d’affrontements intenses autour de Goma, l’UE doit déployer des troupes aussi rapidement que possible », a déclaré Nicolas Vercken de Oxfam France.

Le déploiement de troupes européennes doit s’accompagner d’une pression diplomatique soutenue afin d’aboutir à une solution politique au conflit et des mesures immédiates pour améliorer la capacité de la MONUC à protéger les civils. Oxfam demande qu’un envoyé spécial de haut niveau soit nommé dans les plus brefs délais afin d’unifier les différentes initiatives de paix internationales et traiter les causes structurelles du conflit.

« Un engagement politique au plus haut niveau est nécessaire pour unifier la multitude d’initiatives diplomatiques dont nous avons été les témoins tout au long de ce week-end. Des accords ont déjà été signés par le passé par les différents acteurs du conflit. Ceux-ci ont échoué à cause du soutien insuffisant de la communauté internationale. Un envoyé spécial doit pouvoir mobiliser les énergies et coordonner les initiatives pour s’assurer que le monde ne détourne pas les yeux du Congo, comme cela a déjà été le cas à de nombreuses reprises » ajoute Nicolas Vercken de Oxfam France.

NOTES :

1. Oxfam International est une confédération de 13 organisations* à but non lucratif indépendantes, apolitiques et non confessionnelles qui, aux côtés de nombreux partenaires dans plus de 100 pays, travaillent ensemble pour trouver des solutions durables à la pauvreté et à l’injustice en s'appuyant sur le respect des droits fondamentaux. Les Oxfams revendiquent une approche intégrée des problèmes et sont actives à la fois dans les domaines de l'aide humanitaire d'urgence, l'éducation au développement, les projets de développement à long terme et le plaidoyer.
*Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Espagne, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Hong Kong, Irlande, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Québec.

2. En RDC, quatre membres de la confédération Oxfam International ont des activités de terrain dans l’Est du pays, parmi eux :
– Au Nord Kivu, Oxfam-Solidarité (Belgique) intervient depuis 2005 dans le Territoire de Rutshuru, une des zones les plus affectées par les récents événements. Une identification des besoins a récemment été réalisée et un nouveau projet est toujours planifié dans les villages les plus vulnérables au début de l’année 2009, afin d’apporter un soutien efficace à des milliers de familles.
– Jeudi, le personnel d’Oxfam Grande Bretagne a dû déménager temporairement en dehors de Goma, mais le personnel national est resté sur place. Oxfam Grande Bretagne a commencé aujourd’hui à acheminer de l’eau par camion à des populations ayant trouvé refuge dans la région de Kanyabayonga, au Nord de Goma. Ces gens sont dispersés dans une zone vaste et inhospitalière. Un grand nombre d’entre eux se cache dans les forêts et les bois sans aucun abri ni accès à l’eau, à la nourriture ou à des médicaments.

Contact

Contact presse :

Paris : agali Rubin, + 33 (0)1 56 98 24 45 / + 33 (0)6 30 46 66 04

Notes aux rédactions