Réaction d’Oxfam France au discours de Dakar de François Hollande

La politique est faite de symboles, et le discours du Président de la république prononcé aujourd'hui à Dakar en est pétri. Ils sont positifs. Sur l'importance du dialogue, le respect des sociétés civiles et la primauté des valeurs démocratiques, François Hollande a trouvé un ton juste. En insistant, à plusieurs reprises sur l'exigence de transparence des entreprises, notamment dans le secteur extractif où l'opacité reste la norme, il confirme que la France sera prête demain à avancer sur ce sujet.

Mais la politique est également faite de marqueurs réels notamment de moyens budgétaires qui viennent traduire une véritable volonté politique.

A Dakar, le Président de la République a rappelé l'urgence des situations au Sahel et la priorité donnée par la France à l'Afrique subsaharienne, il a aussi affirmé « vous attendez de la France non seulement des mots, des principes, qu'elle pose des actes« .

A ce sujet, Oxfam France rappelle qu'à Paris, avant le départ du président pour l'Afrique, le gouvernement français avait présenté un budget pour 2013 qui était marqué par :

– une baisse de la mission Aide Publique au développement (APD) de 200 millions d'euros ;

– une baisse de 3,5% des subventions bilatérales – déjà très faibles – aux 17 pays prioritaires de l'aide au développement française, pays situés pour certains dans la région sahélienne, tels le Mali, le Niger, la Mauritanie;

– une affectation au développement de 3,7% des revenus de la taxe sur les transactions financières en 2013, soit en contradiction avec son discours qui continue de parler de 10% et, plus encore avec ses engagements antérieurs qui parlaient d'en affecter une « grande partie« .

Ce budget ne permettra pas à l'Afrique « d'assurer sa sécurité alimentaire« . Pour lutter contre les crises alimentaires récurrentes et permettre effectivement à l'Afrique de se nourrir par elle-même, la France doit aller plus loin et s'engager à soutenir dans la durée l'agriculture africaine, et en particulier les agricultures paysannes, seules à même d'assurer le droit à l'alimentation des 234 millions de personnes qui souffrent encore de la faim en Afrique sub-saharienne aujourd'hui.

Oxfam France souligne également que le montant de 130 millions d'euros d' « aide budgétaire » au Sénégal annoncé par le Président se révèle être en réalité… un prêt

Contact presse : Magali Rubino – 06 30 46 66 04

Contact

Photo J-M Ayrault / Flickr
Licence CC BY 2.0

Notes aux rédactions

;