A l’issue de la Conférence de reconstitution du Fonds vert pour le climat qui s’est tenue à Paris, Armelle Le Comte, responsable du plaidoyer climat pour Oxfam France, déclare :

« Les engagements pris aujourd’hui par les Etats envoient un signal fort selon lequel les pays riches doivent aider les pays en développement à faire face aux dangers croissants causés par les changements climatiques. Il est encourageant qu’un certain nombre de pays, dont la Norvège, la Suède, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France aient doublé leur contribution initiale. Ces financements vont permettre au Fonds vert de poursuivre sa mission capitale, qui est d’aider les pays en développement à s’adapter à l’aggravation des impacts climatiques.

Cependant, il est consternant que l’Australie et les Etats-Unis aient refusé de contribuer au Fonds vert, et que de nombreux pays n’aient pris que des engagements bien inférieurs à leur « juste part ».

Des millions de personnes sont déjà confrontées à la faim et à l’extrême pauvreté du fait de la crise climatique. Oxfam exhorte les pays riches qui n’ont encore rien annoncé ou qui restent bien en deçà de leur juste contribution à augmenter leurs contributions au Fonds vert pour le climat, lors de la Conférence des parties sur les changements climatiques (COP25) en décembre au Chili ».

Contact presse :

Noélie Coudurier, responsable de campagne climat : ncoudurier@oxfamfrance.org, 06 17 34 85 68

;