Réforme bancaire : réaction d’Oxfam France suite au vote en commission des Finances

Plusieurs amendements portant sur le projet de réforme bancaire ont été soumis hier au vote de la commission des Finances de l’Assemblée nationale. Oxfam France déplore que les amendements concernant la spéculation sur les matières premières agricoles aient été rejetés.

Selon Clara Jamart, d’Oxfam France :

« La commission des Finances, en rejetant les amendements proposant d’interdire la spéculation sur les marchés agricoles, refuse de lutter contre la volatilité des prix alimentaires qui met en péril la sécurité alimentaire mondiale. Les banques pourraient continuer à gérer des outils permettant à leurs clients de spéculer massivement sur les matières premières agricoles, comme des fonds indexés sur les cours des matières premières agricoles. Ignorer l’impact des activités bancaires sur les marchés agricoles serait le signe d’un manque de volonté politique intolérable, alors que le respect du droit à l’alimentation de centaines de millions de personnes est en jeu. »

En revanche, une avancée notable est à souligner concernant la lutte contre les paradis fiscaux, dont les banques sont les premières utilisatrices, avec en moyenne une filiale sur 4 dans ces territoires opaques pour les 12 premières banques européennes.

« L’adoption en commission d’un amendement obligeant les banques à publier leur chiffre d’affaire et le nombre de salariés qu’elles emploient dans chaque pays où elles ont des filiales constitue un véritable progrès. Cela permettra de lutter pour une meilleure transparence des activités bancaires, et contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent. Cette proposition mériterait pourtant d’être renforcée, en obligeant les banques à publier leurs résultats avant impôts et le montant des impôts qu’elles versent à chaque pays dans lesquels elles ont des filiales. »

« Il n’est pas trop tard pour donner du corps à ce projet de loi de réforme bancaire. Les amendements qui ont été rejetés en commission pourront être proposés de nouveau lors des débats en plénière. L’Assemblée nationale doit porter un projet de réforme bancaire ambitieux, qui interdise les activités financières particulièrement nocives comme les activités spéculatives sur les marchés de matières premières agricole, qu’elles soient menées avec les comptes propres des banque ou pour le compte de leurs clients. »

Contact presse :
Pierre Motin, Oxfam France – 01 77 35 76 10 / 06 12 12 63 94 pmotin@oxfamfrance.org

Contact

Notes aux rédactions

;