République démocratique du Congo (RDC) : la crise humanitaire s’aggrave alors que des milliers de personnes sont à nouveau forcées de fuir leurs foyers

Des dizaines de milliers de personnes ont fui les nouveaux combats à l’Est du Congo, avertit Oxfam International tout en appelant à une action urgente pour empêcher la région de sombrer dans le chaos en relançant le processus de paix engagé en début d’année.

On estime que 20 000 personnes, hommes, femmes et enfants, ont fui lundi la zone de Kibumba, au Nord de Goma, et que 4 000 d’entre eux sont pour le moment regroupées dans un campement de fortune à Kibati, à l’extérieur de la ville, avec très peu d’assistance humanitaire. Dans le même temps, un nombre inconnu d’habitants des villages situés au Nord de Kibumba ont fui dans la direction opposée, vers Rutshuru. Depuis août dernier, plus de 200 000 personnes ont dû fuir leurs foyers tandis que des affrontements reprenaient entre le Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP) de Laurent NKUNDA et l’armée régulière congolaise.

Juliette Prodhan, responsable d’Oxfam Grande Bretagne en RDC, a déclaré :
« La route vers la ville de Goma déborde d’hommes, de femmes et d’enfants qui viennent chercher refuge en désespoir de cause dans les camps de la ville déjà surchargés. De nombreuses personnes sont obligées de dormir dehors car elles ne peuvent trouver d’abri. Le nombre de personnes en fuite est alarmant. Les gens ont urgemment besoin de notre aide. De plus, il semblerait que les combats ne soient pas terminés : il est donc probable que davantage de personnes seront amenées à fuir dans les prochains jours ».

Au-delà de la réponse urgente aux besoins humanitaires, Oxfam International appelle la communauté internationale exercer de toute urgence une pression diplomatique pour empêcher que la crise ne s’aggrave.

Nicolas Vercken, responsable de plaidoyer à Oxfam France , a déclaré :
« Un accord de paix – qui avait été conclu en janvier dernier – avait apporté de l’espoir dans la région. L’accroissement de la violence ne causera que davantage de souffrances et de misère à des populations déjà trop éprouvées. Depuis 1998, ce conflit a déjà entrainé la mort de plus de cinq millions de personnes : il est temps d’agir en appelant à un cessez-le-feu et à la mise en œuvre de solutions à cette crise avant qu’il ne soit trop tard. La France, en tant que membre permanent du Conseil de Sécurité et présidente en exercice de l’Union européenne, doit pousser dès les prochains jours à une réaction forte des Nations unies et de l’UE ».

En amont des débats qui doivent avoir lieu d’ici la fin de cette année au Conseil de Sécurité autour du renouvellement du mandat de la mission des Nations unies en RDC (MONUC), Oxfam France s’apprête à lancer une campagne de mobilisation et d’interpellation des pouvoirs publics avec le cri d’alarme «République Démocratique du Congo : massacre en cours».

NOTES :

1. Le 23 janvier 2008, le gouvernement congolais et 22 groupes armés ont signé l'accord de paix de Goma, qui les engageait à un cessez-le-feu immédiat ainsi qu'au respect des principes internationaux des Droits de l'Homme. L'accord de Goma est la conséquence de l'accord du mois de novembre 2007 entre les gouvernements du Congo et du Rwanda (aussi connu sous le nom de communiqué de Nairobi), lequel avait pour objectif de régler la question de la présence des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), un groupe armé rwandais, à l'Est du Congo.

2. Avant même la recrudescence récente de la violence, il ne faisait pas bon être civil en République Démocratique du Congo. Depuis 1998, le conflit a entrainé la mort de 5.4 millions de personnes, notamment à travers des maladies et des famines. Environ un million de personnes a été déplacé à l'Est du pays. Le viol est endémique. Cette année, chaque mois plus de 1 100 femmes ont rapporté avoir été victimes de viols, et les chiffres exacts sont susceptibles d'être encore plus hauts.

3. Oxfam International est une confédération de 13 organisations* à but non lucratif indépendantes, apolitiques et non confessionnelles qui, aux côtés de nombreux partenaires dans plus de 100 pays, travaillent ensemble pour trouver des solutions durables à la pauvreté et à l’injustice en s'appuyant sur le respect des droits fondamentaux. Les Oxfams revendiquent une approche intégrée des problèmes et sont actives à la fois dans les domaines de l'aide humanitaire d'urgence, l'éducation au développement, les projets de développement à long terme et le plaidoyer.

*Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Espagne, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Hong Kong, Irlande, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Québec.

Contact

Contact presse :

xfam France : Magali RUBIN : 01 56 98 24 45 – 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

;