Sud Soudan : Réaction d’Oxfam à l’annonce de la Résolution du Conseil de sécurité sur la nouvelle mission de maintien de la paix

A l'aube de l'indépendance du Sud Soudan, la taille, les moyens et le mandat de la mission de la paix des Nations unies surplace sont cruciales pour la stabilité et l'avenir du pays.
_ Le 8 juillet, veille de l'indépendance officielle du Sud Soudan, le Conseil de sécurité à voté une {{[résolution définissant les contours de la mission de maintien de la paix au Sud Soudan.->http://daccess-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N11/405/84/PDF/N1140584.pdf?OpenElement]}}
 
{{[48h avant la décision du Conseil de sécurité, plusieurs affiliés d'Oxfam, dont Oxfam France avaient lancé une pétition appelant l'ONU à faire de la protection des civils au Sud Soudan leur priorité.->Sud-Soudan-Le-Conseil-de-securite,1130]}}

Pour Nicolas Vercken d'Oxfam France :
« L'engagement du Conseil de sécurité au Sud Soudan, notamment pour protéger les civils et les droits humains, est particulièrement bienvenu. Mais comme nous l'avons vu avec les missions précédentes, les mots doivent être transformés en actes. »
_ « Les troupes de l'ONU ne devraient pas quitter la région après seulement trois ou six mois passés dans le pays. Elle risqueraient de se retirer pendant une période particulièrement dangereuse et délicate. Il est fort difficile d'évaluer les besoins en casques bleus seulement sur quelques mois, l'insécurité évoluant beaucoup en fonction de la saison des pluies, des moissons ou des périodes de disette ».
_ « Le Sud Soudan a besoin que la paix et la sécurité s'installent durablement dans le pays. La mission de maintien de la paix doit rester aux côtés des populations du Sud Soudan jusqu'à ce que ce soit le cas. »
_ « Les soldats de la paix de l'ONU sont attendus et leur présence est nécessaire dès le premier jour. Ils doivent être déployés au plus vite, de façon à travailler en étroite collaboration avec les forces éthiopiennes près de la frontière et protéger la population sud soudanaise. C'est un moment de grande joie mais aussi de craintes et d'anxiété silencieuse. »
_ « Il n'y a pas de temps à perdre, les personnels civils et militaires doivent être envoyés sur le terrain au plus vite pour prévenir et répondre aux menaces ».

Contact presse

Mathilde Magnier : 01 77 35 76 00 / 06 43 85 82 97 / magnier@oxfamfrance.or

Contact

Notes aux rédactions

;