Taxe sur les banques : réaction d’Oxfam France à la réunion des Ministres des Finances de l’UE

Oxfam France continue à plaider en faveur d'une taxe sur les transactions financières, destinée à financer le développement, plutôt qu'un simple mécanisme d'assurance pour les banques.

« Une simple assurance pour les banques et pas de taxe pour le développement, le document de travail de la Commission européenne donnait déjà le ton la semaine dernière 4 avril 2010 . Les 27 réunis à Madrid ont suivi la Commission et son plan de restructuration du secteur bancaire, présenté à Madrid par Michel Barnier. Sans attendre les débats au sein du G20 ou du FMI, les pays européens avaient pourtant l’occasion de montrer l’exemple en décidant de financer les urgences écologiques et sociales de la planète via, par exemple, une taxe sur les transactions de change en euros », commente Maylis Labusquière d’Oxfam France. « La mise en place de cotisations par les banques pour assurer leur propre prise de risques inconsidérés ne doit pas servir de prétexte pour enterrer le débat sur la taxation des transactions financières pour encadrer la spéculation et dégager de nouveaux financements pour les biens publics mondiaux », ajoute Maylis Labusquière d’Oxfam France. Oxfam France rappelle qu’une taxe, même à un taux très faible, sur différentes transactions financières (marché de changes, actions et obligations ou encore produits dérivés) pourrait dégager de 600 à 800 milliards d’euros par an pour financer les urgences que sont la lutte contre le dérèglement climatique, la lutte contre la faim dans le monde ou encore contre les pandémies mondiales. – Lire également le communiqué Réunion des Ministres des Finances européens : la taxation des banques, un hors sujet pour les enjeux de la planète ? (14 avril 2010)

Contact presse

Magali Rubino _ [mrubino@oxfamfrance.org->mailto:mrubino@oxfamfrance.org] _ 00 33 (0)1 56 98 24 45 / 00 33 (0)6 30 46 66 04
 
||Communiqué envoyé dans le cadre d’une campagne lancée en septembre 2009 sur la lutte contre le changement climatique et réalisée avec l’aide financière de l’Union européenne. Le contenu de cette campagne relève de la seule responsabilité d’Oxfam France et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.|

;