TTF : un financier de la City contredit le lobby bancaire

Alors que les 11 ministres européens de la taxe sur les transactions financières s’apprêtent à reprendre les négociations lors du prochain conseil informel demain (samedi 13 septembre) à Milan, un nouveau rapport rédigé par un financier de la City prouve que la taxation sur les produits dérivés, les produits les plus spéculatifs, est "faisable et efficace".

Dans le cadre de son rapport intitulé "Taxing Transactions in Financial Derivatives : Problems and Solutions" (Taxer les transactions sur les dérivés : problèmes et solutions), Avinash Persaud, président de Capital Intelligence – société d’analyse et de conseils financiers, et ancien directeur de la banque State Street, a déclaré : "Ces mêmes institutions [les banques] qui ont fait pression pour une régulation financière inadéquate avant la crise, exercent actuellement une pression féroce contre la TTF et prétendent sans vergogne à ceux qui les ont renflouées qu’il est impossible de réguler la finance et qu’il ne faut donc même pas essayer."

Son étude vient contredire les arguments du secteur financier qui, cette semaine encore, continue de torpiller le projet européen de taxe sur les transactions financières (TTF) [1], et vient conforter les ONG qui mènent campagne depuis de nombreuses années pour une taxation des transactions financières large et solidaire.

La taxe sur les transactions financières doit être mise en place au plus tard en janvier 2016 dans onze pays de l’Union européenne et les négociations sur les produits qui seront couverts par celle-ci sont en cours.

AIDES, Coalition PLUS, Oxfam France et ONE France demandent aux ministres des Finances européens de ne pas céder aux pressions du secteur financier. En taxant les produits dérivés, les revenus engendrés par la TTF européenne pourraient s’élever à plus de 35 milliards d’euros selon la Commission européenne. Une manne financière qui pourrait améliorer la vie de millions de personnes dans les pays en développement.

Les associations demandent à ce que la majorité de ses revenus soit allouée à la solidarité internationale, à la lutte contre le changement climatique et contre le sida, comme promis à maintes reprises par le Président Hollande [2].

Elles demandent également aux ministres d’annoncer un calendrier précis sur les prochaines étapes de la mise en place de la taxe, aussi bien en ce qui concerne son assiette que l’utilisation de ses revenus.

Contact

Magali Rubino
Responsable des relations média
mrubino@oxfamfrance.org
01 56 98 24 45  / 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

Téléchargez le rapport d’Avinash Persaud.

[1] Article de Les Echos le 10 septembre 2014 : "La finance remonte au créneau contre la taxe Tobin"

[2] Tribune de François Hollande publiée dans Le Monde : "La taxe sur les transactions financières devra effectivement être mise en place pour 2015. Une part significative de son produit devrait être affectée à l’aide au développement, dans les domaines de la santé et de l’environnement", 25 juin 2014