Vaccination : 4,3 milliards de promesses de dons et une réduction des prix des vaccins

La conférence des donateurs de GAVI[[GAVI réunit des partenaires publics (pays à faible revenu, gouvernements donateurs, l'OMS, l'UNICEF, la Banque mondiale) et privés (les fabricants de vaccins, des instituts techniques et de recherche, la société civile et des fondations privées comme la Fondation Bill & Melinda Gates).]] – l'alliance pour la vaccination et l'immunisation- qui s'est déroulée le 13 juin 2011 à Londres avait pour but de répondre au besoin urgent de financement de cette organisation fondée en 2000. Selon l'organisation mondiale de la santé (OMS), GAVI aurait, depuis sa création, permis de vacciner 288 millions d'enfants et ainsi de sauver 5 millions de vies[[Selon les estimations réalisées en 2010 par le département Vaccination, vaccins et produits biologiques de l'OMS.]].

25 millions d'enfants dans le monde n'ont toujours pas accès à la vaccination à leur naissance. Il est plus que jamais admis que la vaccination constitue un des investissements en santé publique les plus efficaces, notamment dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD)En particulier l'Objectif 4 qui vise à réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans.].

Les partenaires et donateurs de GAVI Alliance, les pays récipiendaires et co-financeurs des programmes et les fabricants de vaccins réunis lors de la conférence du 13 juin se sont engagés à contribuer à un meilleur accès aux vaccins pour les pays en développement. La conférence a permis de récolter 4,3 milliards de dollars destinés à soutenir les programmes de vaccination sur la période 2011-2015. Ces fonds supplémentaires permettront d'introduire des vaccins innovants au sein des pays à faible revenu, de vacciner 250 millions d'enfants et de sauver 4 millions de vies sur cette période.
_ La France a dégagé 100 millions d'euros à l'occasion de cette conférence.

Oxfam et d'autres organisations de la société civile qui ont soutenu la campagne de refinancement de GAVI se félicitent d'un tel résultat. Au lendemain de la Conférence, Mohga Kamal-Yanni, porte-parole d'Oxfam, a déclaré : « Oxfam se réjouit de la levée de plus de 4 milliards de dollars par l'Alliance GAVI pour vacciner les enfants contre des maladies mortelles. »

Toutefois, elle rappelle qu'Oxfam et Médecins sans frontières (MSF) ont attiré fortement l'attention des responsables de GAVI sur la nécessité de prendre des mesures afin de réduire le coût encore trop élevé des vaccins. En effet, les problèmes de financement de GAVI proviennent aussi du fait que l'organisation paie trop cher ses vaccins, notamment les nouveaux vaccins anti-rotavirus et anti-pneumocciques.

Une première victoire du plaidoyer d'Oxfam et de MSF dans ce sens a été d'obtenir de l'UNICEF1er acheteur mondial de vaccins pour enfants et premier fournisseur en vaccins de GAVI], premier fournisseur en vaccins de GAVI, la transparence en matière de prix. En mai 2011, l'UNICEF a ainsi publié les prix payés aux différents fabricants depuis 2000 et depuis lors promeut officiellement la transparence sur le prix des vaccins[http://www.unicef.org/media/media_58692.htm]].

Pour Marame Ndour, d'Oxfam France : « Maintenant que les donateurs ont donné à l'Alliance GAVI les fonds dont elle avait besoin, elle a la responsabilité d'aider le plus d'enfants possible. Elle doit pour cela prendre des mesures pour réduire le prix qu'elle paye aux entreprises pharmaceutiques et mettre fin au conflit d'intérêt résultant du fait que certaines entreprises pharmaceutiques disposent de sièges à son conseil d'administration. » Ces mesures permettront de faire jouer la concurrence entre fournisseurs pour obtenir de meilleurs prix et d'élargir la couverture vaccinale globale de manière significative tout en favorisant l'accès des pays à faible revenu aux vaccins les plus innovants.

Aller plus loin

[Voir le travail d'Oxfam France en matière de Santé->-Sante-]
– En 2010, Oxfam e mené la campagne [« Non assistance à mères en danger »->Non-assistance-a-mere-en-danger,809] pour demander de vrais engagements pour la santé maternelle et infantile au sommet des OMD de septembre 2010.
– Lire le rapport [« Vaccins : état des lieux de la recherche et de l'accès dans les pays en développement »->Vaccins-Etat-des-lieux-de-la,977], publié par Oxfam et Médecins sans Frontières en decembre 2010.

Contact

Notes aux rédactions

;