G7 de Biarritz : les Etats mettent de l’huile sur le feu des inégalités

Ce week-end du 24 au 26 août 2019, les chef-fe-s des 7 Etats parmi les plus puissants du monde se réunissent à Biarritz pour un sommet crucial. Ce G7 a été placé par la Présidence française sous le signe de la lutte contre les inégalités.

Si l’ambition est louable, la réalité est que depuis des décennies ces sept pays ont méthodiquement construit la crise des inégalités dans laquelle nous vivons. Oxfam l’illustre un nouveau rapport sur « Les 7 péchés capitaux du G7 ». Néanmoins pour notre organisation il n’y a pas de fatalité et nous présentons sept manières par lesquelles le G7 peut réellement s’attaquer aux inégalités. Car les citoyen-ne-s attendent désormais plus que des déclarations de bonnes intentions, et veulent des actes forts !

Le G7 doit prendre ses responsabilités dans le combat contre les inégalités et la pauvreté

La crise des inégalités s’aggrave de jour en jour, en France comme dans le monde. Inégalités entre les plus riches et les plus pauvres d’abord : en France, le mouvement des Gilets Jaunes a mis au cœur du débat public la question de la répartition des richesses. Ce fossé qui se creuse entre « ceux qui ont tout » et « ceux qui n’ont rien » n’est pourtant pas une fatalité : des politiques publiques rétablissant une fiscalité plus progressive, promouvant un meilleur équilibre dans la répartition des profits des entreprises entre travailleurs et actionnaires et luttant contre l’évasion fiscale permettraient de lutter efficacement contre les inégalités.

Inégalités entre les pays du Nord et les pays du Sud ensuite. Les pays du G7 représentent à eux seuls les ¾ de l’aide publique au développement (APD) dans le monde. Si depuis les années 1970 ces pays, et bien d’autres pays riches, se sont engagés à consacrer 0,7% de leur richesse (RNB) pour le développement des pays des plus pauvres, peu d’entre eux ont atteint cet objectif. Pire encore, ces dernières années l’APD est de plus en plus utilisée pour financer le secteur privé, et dans bon nombre de cas participe à la privatisation de secteurs sociaux dans les pays pauvres comme l’éducation et la santé. Alimentant les inégalités au lieu d’en faire un combat prioritaire.

Inégalités entre les femmes et les hommes, enfin. Dans la continuité de la Présidence canadienne du G7 de 2018, Emmanuel Macron a fait de l’égalité de genre un axe central de sa politique internationale. Concrètement, cela doit passer par deux engagements : renforcer la lutte contre les inégalités économiques, les femmes étant les premières impactées par la précarité, et mettre en place une aide au développement féministe, qui permette aux femmes, notamment celles de la région du Sahel (prioritaire pour ce G7) d’avoir un meilleur accès à la santé et à l’éducation.

La crise climatique, enfin, ne fait qu’aggraver cette spirale des inégalités. Les effets des changements climatiques ont des impacts humains lourds et touchent en premier les populations les plus vulnérables, que ce soit les femmes paysannes des pays du Sud, les peuples autochtones ou les personnes vivant dans les quartiers populaire des riches villes.

Les citoyen-ne-s et la société civile sont mobilisés pour pousser les Etats du G7 à des actions concrètes

En amont du sommet de Biarritz, les 7 Etats ont enchaîné les réunions entre ministres travaillant sur les thématiques du G7, comme l’environnement, les finances, le genre, le développement… Malheureusement, le bilan de toutes ces réunions est bien maigre. Beaucoup de choses ont été dites sur la nécessité impérieuse de lutter contre les inégalités sous toutes leurs formes. Mais aucun engagement concret n’a été pris jusqu’à lors.

Pour accentuer la pression sur les Etats du G7, citoyen-ne-s et société civile s’organisent depuis des mois. Tout d’abord dans le cadre de l’Alter G7, un forum qui réunira de nombreuses associations et ONG, autour de 7 thèmes clés pour l’avenir de la planète et de ses habitant-e-s : capitalisme, climat et environnement, féminisme, diversité et libertés des peuples, démocratie sociale, résistance contre l’autoritarisme, solidarité – lutte contre les guerres et l’impérialisme, migrations et accueil. Un programme riche en activités et un moment militant fort à ne pas manquer ! Oxfam sera sur place avec ses militant-e-s des groupes locaux.

Ensuite à Biarritz même, où Oxfam, aux côtés de nombreux autres, sera présente pour défendre les solutions qui doivent être prises lors du G7 pour aller vers un monde plus juste. Au quotidien, Oxfam donnera son analyse des discussions en cours au sommet, et rappellera nos attentes dans les médias. Nous donnerons la parole aux représentant-e-s de la société civile française et internationale, à ces personnes qui, au quotidien, se mobilisent pour faire appliquer des solutions concrètes à la crise des inégalités.

Pour renforcer la mobilisation autour du G7, Oxfam demande à Emmanuel Macron d’agir concrètement contre les inégalités. Pour interpeller le président de la République et lui dire #TimeToBeBrave, rendez-vous sur timetobebrave.org !

;