amadou-photo_web.png

Le travail d’Amadou au Sénégal, de Ti Hàu au Vietnam ou de Frances en Ouganda, permet d’améliorer les politiques publiques au Sud en faveur des plus pauvres. Ce type d’action qui favorise le développement, a d’autant plus d’impact que les fonds qui ont aidé à leur réalisation sont importants. C’est là tout l’objet de l’aide internationale et de la solidarité de pays donateurs (tels que la France) qui pourvoient ces fonds : dans la lutte contre la pauvreté, restons mobilisé-e-s !

Armé de la conviction que le changement arrive quand les citoyens peuvent avoir une vraie conversation avec leur gouvernement, Amadou Kanouté contribue à améliorer la vie des Sénégalai-se-s, par son engagement quotidien.
Comment faire contre la pauvreté et les inégalités d’accès à la santé tout en rendant le monde meilleur ? Dans la vieille ville portuaire de Saint-Louis, au Sénégal, Amadou Kanouté rencontre des citoyen-ne-s, qui, il l’espère, auront leurs propres réponses à cette question. Le but des discussions communautaires qu’il organise avec son association CICODEV est d’encourager les citoyen-ne-s à s’inscrire au programme de couverture santé universelle récemment lancé par le gouvernement sénégalais.
Amadou Kanouté a fondé CICODEV (institut panafricain de recherche, de formation et d’action pour la citoyenneté, la consommation et le développement en Afrique), pour permettre aux citoyen-ne-s de s’impliquer activement dans les politiques publiques qui les touchent. Ces dernières années, CICODEV a notamment milité en faveur du droit à la santé pour tous, avec le soutien de bailleurs internationaux, et est devenu un partenaire privilégié d’Oxfam.
La réforme de la couverture santé universelle cherche à donner un accès à la santé au plus grand nombre. Au Sénégal, 80% de la population ne bénéficiait pas d’une couverture maladie. Cette réforme peut permettre de sauver de nombreuses vies et aider les familles à sortir de la pauvreté. Pendant la réunion, les leaders locaux ont fait remarquer le faible taux d’adhésion au système de couverture maladie, tient au fait que son concept parait encore trop abstrait pour les populations. En discutant ensemble à l’invitation de CICODEV, les participants ont trouvé des solutions concrètes pour encourager les populations à adhérer au système de couverture maladie universelle, notamment en poussant les relais locaux (organisations sportives, religieuses, associations de femmes) à faire adhérer leur membres.
« C’était leur idée » dit Amadou Kanouté. Les citoyen-ne-s ont trouvé eux-mêmes une façon d’améliorer le système. Après des années d’engagement militant, Amadou Kanouté est convaincu que pour faire avancer les droits des citoyen-ne- s, la meilleure façon est de les rendre conscients de leur pouvoir politique, de renforcer leur capacité d’action. Il est optimiste : « Les progrès en Afrique ne sont pas toujours linéaires, mais nous allons vers le mieux. Je suis convaincu qu’on peut réussir en Afrique. C’est ce qui me motive. »

Un monde plus juste