L’accès à l’eau potable : un droit humain fondamental

L’accès à l’eau potable est, et doit rester, un droit humain fondamental. Mais aujourd’hui, plus de 2 milliards de personnes sont privées de ce droit. Les maladies dues à une eau insalubre et au manque d’assainissement de base tuent davantage chaque année que toutes les formes de violence, y compris la guerre.

On oublie trop facilement que l’eau, vitale, n’est pas partout abondante et acquise. Dans le monde, accéder à ce bien de première nécessité est un défi quotidien pour des milliards de personnes vivant dans la pauvreté, qui doivent passer d’innombrables heures à faire la queue ou marcher des kilomètres pour atteindre la source la plus proche et subissent les effets d’une eau contaminée sur leur santé. Les premières impactées par ce manque d’accès sont les femmes et les jeunes filles.

Des millions de personnes tombent malades ou meurent chaque jour car elles n’ont d’autre choix que de se passer de ce service pourtant parmi les plus essentiels. 

Oxfam est une organisation internationale experte pour assurer l’accès à l’eau et à des systèmes d’assainissement : nous travaillons dans de très nombreux pays pour que l’eau ne soit plus une richesse mais un bien accessible à toutes et tous.

Le coût humain de l’eau insalubre

Selon le dernier rapport de l’ONU2,1 milliards de personnes, n’ont pas accès à une source d’eau potable en toute sécurité. Ce chiffre devrait s’accroître, du fait notamment des conséquences des changements climatiques et des déplacements contraints de populations.

D’ici à 2050, la demande mondiale en eau devrait par ailleurs augmenter de 20 à 30%. 

6 personnes sur 10 dans le monde, soit 4,5 milliards de personnes, sont privées d’installations sanitaires gérées de manière sûres.

Ce manque d’accès concernent en premier lieu les pays les plus pauvres de la planète. C’est en Afrique que l’on retrouve la moitié des personnes buvant une eau issue de sources non-protégées.

Ce manque d’accès à l’eau et à des systèmes d’assainissement a de graves conséquences humaines : chaque année, 780 000 décès sont causés par la dysentrie et le choléra, des maladies directement liées à l’accès à une eau potable et des systèmes d’assainissement. C’est bien plus que le nombre annuel de victimes de conflits, et de séisme et d’épidémies.

Un constat aggravé par les changements climatiques et les conflits

Avoir accès à de l’eau potable et à des systèmes sanitaires est un véritable défi pour les personnes contraintes de fuir leur foyer en urgence, suite à des violences ou à une catastrophe naturelle. Hors, leur nombre n’a jamais été aussi élevé. On dénombre, en 2017, 68,5 millions de personnes contraintes de fuir à la suite d’un conflit. Elles sont, en moyenne, 25,3 millions à devoir se déplacer à la suite d’une catastrophe naturelle.

Assurer l’accès à l’eau et à des systèmes sanitaires et d’assainissement à ces personnes est fondamental, pour respecter leurs droits et leur dignité.

L’eau potable réduit la pauvreté et la vulnérabilité

L’accès à l’eau occupe une place prépondérante dans quasiment toutes les activités d’Oxfam : nos interventions humanitaires, nos campagnes et nos initiatives de développement à long terme pour aider les familles à améliorer leurs revenus, à réduire leur vulnérabilité face aux catastrophes et à défendre leurs droits.

Dans beaucoup de situations d’urgence, les systèmes d’eau et d’assainissement dont dépendent les communautés s’effondrent ou sont considérablement surexploités. Les travaux de réparation ou de renforcement prennent du temps, un temps que n’ont pas les populations qui en ont besoin pour rester en vie. Sans eau, on ne peut guère survivre plus de trois jours.

C’est pourquoi nos interventions d’urgence se concentrent pour la plupart sur la fourniture d’eau potable. Nos spécialistes de l’hydraulique fournissent des systèmes de distribution à grande échelle et des installations sanitaires permettant de prévenir les maladies, et ce même dans les conditions les plus difficiles, telles que le séisme à Haïti et les inondations au Pakistan.

Pour Oxfam, s’attaquer aux causes premières de la pauvreté implique souvent de redresser les injustices liées à l’eau. Nous soutenons ainsi des projets à long terme avec des solutions durables en matière d’accès à l’eau potable et d’assainissement.

Il existe en outre un lien étroit entre l’accès à l’eau potable et la pauvreté. Le manque d’eau, sa mauvaise qualité et un assainissement insuffisant ont des répercussions négatives sur la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et les possibilités d’éducation pour les familles pauvres du monde entier, notamment pour les femmes et les filles accaparées par la corvée d’eau.

Se laver les mains : une méthode efficace de lutte contre les maladies !

Se laver les mains avec du savon est la manière la plus efficace d’éviter les diarrhées et les infections des voies respiratoires (bien plus que le traitement de l’eau ou un assainissement sûr).

Oxfam a donc introduit une série de standards minimums dans tous les programmes de santé publique, notamment des installations de lavage des mains largement disponibles au niveau des latrines ainsi que le suivi de la compréhension des pratiques de lavage des mains. En collaboration avec des ingénieurs d’Oxfam et un fabricant industriel, l’équipe de la PHP a conçu et testé en phase pilote un distributeur d’eau portable, qui a été utilisé pour augmenter le taux de lavage de mains, y compris dans des zones où la quantité d’eau est limitée.

L’aide-soignante Marrion Thomson explique aux enfants comment se laver les mains et utiliser le seau Oxfam, Congo Town-oxfam

Oxfam distribue des kits d’hygiène avec du savon et mène des campagnes d’information auprès des personnes vulnérables : se laver correctement les mains au savon peut réduire la morbidité diarrhéique de 44%.

Vous pouvez agir à nos côtés

Le bilan humain d’une eau insalubre, d’un assainissement insuffisant et de mauvaises pratiques d’hygiène a été plus lourd au cours du siècle dernier que pour toute autre cause de mortalité, et c’est encore le cas dans nombre de pays en développement. Il s’agit donc de l’un des enjeux sanitaires les plus pressants.

Chaque goutte est précieuse.

En faisant un don à Oxfam, vous nous permettrez d’intervenir rapidement pour éviter qu’une situation d’urgence ne se transforme en tragique crise sanitaire. Vous nous permettrez de mettre en œuvre des solutions durables qui peuvent réduire efficacement la pauvreté et la maladie.

 

Je fais un don à Oxfam France