Témoignages de victimes des exactions de la LRA : Claude, 21 ans

Claude* a 21 ans. Il a été enlevé et battu par des combattants de l'Armée de résistance du Seigneur, en République démocratique du Congo. Son témoignage a été recueilli par Oxfam au mois de septembre 2010 dans le territoire de Niangara, Province Orientale de la RD Congo.

"La LRA a traversé la rivière avoisinante, est passée de village en village, a tué et enlevé leurs habitants. Ils sont arrivés chez moi à 6 heures du matin et m'ont ligoté. Après avoir mis ma maison à sac, ils ont pris des casseroles, de la nourriture et d'autres objets de valeur. Après ça, ils m'ont attaché à d'autres personnes dans notre village et nous ont forcés à porter tous les biens volés. Je me souviens m'être demandé qui étaient ces hommes et quel genre d'individus pouvait nous traiter comme cela, comme des animaux. Nous avons marché 3 kilomètres jusqu'au village suivant où la LRA s'est de nouveau livrée à ces actions et a enlevé plus de 100 personnes. Mais cette fois-ci, ils ont isolé 20 personnes, les ont attachées et abattues d'une balle derrière la tête. Ils nous ont ordonné d'avancer et nous avons continué à marcher, toujours attachés les uns aux autres et chargés du butin. Au bout d'un moment, j'ai moi aussi été séparé au sein d'un autre groupe. Ils nous ont tous attachés ensemble, les mains dans le dos, et forcés à nous agenouiller. Alors, armés de marteaux, de machettes et de gourdins, ils ont commencé a tuer une par une les personnes qui m'entouraient. L'un des miliciens a saisi une lourde gourde et m'a frappé derrière la tête. J'ai sombré. Lorsque j'ai retrouvé mes esprits, j'étais toujours attaché, enseveli sous plusieurs corps sans vie. J'ai passé quatre jours ligoté, perdant régulièrement conscience et me vidant de mon sang au milieu de ce tas de cadavres. Puis, plusieurs personnes sont arrivées et ont souhaité nous enterrer, ils m'ont alors découvert encore en vie. Ils m'ont détaché et conduit à l'hôpital le plus proche, où six mois entiers ont été nécessaires pour me rétablir de ma blessure à la tête. Là où nous vivons, il n'y a ni réseau de téléphonie mobile, ni de radio communautaire, la communication est donc très difficile. Voilà la raison pour laquelle la LRA est capable d'enchaîner des attaques dirigées contre les villages, de tuer plus de 300 personnes en 4 jours. Si nous avions eu des téléphones portables, nous aurions pu être prévenus de leur arrivée et fuir bien avant." * Les noms des témoins interrogés dans ce cadre ont été modifiés afin de préserver leur anonymat.

En savoir plus

– Lire également le témoignage de oséphine, 18 ans, enlevée par la LR – Lire la note d'Oxfam Ne plus avoir peur" : une action régionale pour protéger les civils dans les zones affectées par la LR (octobre 2010) – Découvrir le bilan et les principales demandes de la campagne RD Congo : 15 ans de guerre, tout un avenir à reconstruire, terminée au mois d'octobre 2010 – Consulter les programmes d'Oxfam France sur la [protection des civils->-Protection-des-civils-], la [RD Congo->-RD-Congo-] et le [Soudan->-Soudan-]

;