Histoires d’aide : Nana Kojo Kondua IV, créateur d’emplois

L'aide publique au développement est un catalyseur de changement, qui permet d'améliorer les vies de millions de personnes à travers le monde. Oxfam se bat pour que les pays riches tiennent leurs promesses et fournissent une aide importante et efficace aux populations les plus vulnérables.
Parce que la pertinence des programmes d'aide est parfois questionnée, Oxfam America a publié des histoires de vies qui ont été durablement changées grâce à l'aide. Voici celle de Nana Kojo Kondua IV, chef d'un village de pêcheurs au Ghana.

Devant l'impact inquiétant de la surpêche sur les ressources financières et alimentaires de sa communauté, Kondua, chef d'Abuesi, un village de pêcheurs à l'ouest du Ghana, se devait de réagir. Mais demander à des pêcheurs de changer leur façon de pêcher et d'abandonner des pratiques existant depuis des décennies n'est pas chose facile. Kondua a donc suivi des séminaires sur la gestion durable des ressources et écosystèmes marins. Ces formations étaient proposées par deux associations ghanéennes, le Centre de ressources côtières et Les amis de la Nation, avec le soutien de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Fort de ces connaissances et méthodes nouvellement acquises, avec d'autres, il demande aux autorités de régulation de la pêche d'appliquer réellement les règlementations. "Nous devons former nos pêcheurs à de bonnes pratiques de pêche. C'est complémentaire à l'action des autorités ghanéennes, pour renforcer le secteur de la pêche dans le pays", explique Kondua. En tant que président de la branche régionale occidentale du Conseil national des petits pêcheurs (National Canoe Fishermen's Council), Kondua pousse les pêcheurs à suivre les règlementations en vigueur et les bonnes pratiques, et ce afin de préserver leurs moyens de subsistance.

Tout le monde dépend de la pêche

Dans ce but, les pêcheurs sont aussi sensibilisés aux questions sanitaires et au planning familial. Kondua explique que la taille de la famille et les pratiques de pêche sont liées : "C'est notre capacité à nourrir nos enfants qui va guider ce que nous faisons en mer. Si vous avez beaucoup d'enfants, vous allez faire tout votre possible pour ramener plus de poisson, bonnes pratiques ou pas." Kondua travaille également à la mise en place de nouvelles lois pour créer des espaces maritimes protégés et stopper l'érosion. Un combat qui bénéficie à aux habitants d'habitants d'Abuesi mais aussi de tout l'ouest du Ghana, car, comme le fait remarquer Kondua, "ici, que vous soyez chauffeur, commerçant, charpentier ou maçon, quoi que vous fassiez dans la vie, vous dépendez de la pêche."

Aller plus loin

Ces dernières années, le gouvernement américain a réformé son aide au développement pour être plus capable de rendre des comptes aux citoyens américains ainsi qu'aux responsables locaux comme Nana Kojo Kondua IV.
L'aide est plus efficace lorsqu'elle soutient les acteurs sur le terrain pour leur permettre d'agir sur les circonstances qui les maintiennent, eux et leurs concitoyens, dans la pauvreté : en les aidant à réaliser un rêve, construire un projet, soutenir leur famille ou aider leur communauté.
C'est pourquoi Oxfam se bat pour rendre l'aide au développement des pays riches plus efficace. Par exemple en donnant plus d'argent directement à des gens comme Nana Kojo Kondua IV.
 
Voir la campagne d'Oxfam America en faveur de l'aide
 

;