Taxe sur les transactions financières : faites pression sur l’Elysée !

{Update au 8 février : plus de 1000 mails ont été envoyés à Monsieur Guaino, de nombreux coups de fils passés au secrétariat de l'Elysée : MERCI pour votre participation ! _ Malheureusement, le gouvernement et le chef de l'Etat s'entêtent à revenir sur leurs promesses d'une taxe ambitieuse et affectée au développement. – {{[Le combat pour une VRAIE taxe Robin des bois continue !->/Le-gouvernement-refuse-de-nous,1304]}} } Le 29 janvier, Nicolas Sarkozy annonçait qu'il allait mettre en place une taxe sur les transactions financières. Victoire ? Pas vraiment, car la taxe proposée par le chef de l'Etat ira grossir le budget national… Effacées les promesses de solidarité internationale avec les populations les plus vulnérables de la planète. Oublié le changement climatique. Adieu lutte contre la pauvreté et les injustices.

Pas grand chose à voir avec la axe Robin des Boi qu'avec 500 000 citoyens européens et des dizaines d'organisations de la société civile nous réclamons depuis des mois ! Mais il est encore possible d'agir : ce mercredi 8 février le projet de loi sur la taxe sera présenté au Conseil des Ministres et à l’Assemblée nationale. _ Nous savons que plusieurs personnalités politiques peuvent, à ce stade, influencer le texte. Montrons-leur qu’on ne nous volera pas la taxe !

Qui peut encore influencer la décision du chef de l'Etat ?

– Henri Guaino, conseiller spécial de l'Elysée – Xavier Musca, secrétaire général de l'Elysée – François Fillon, Premier ministre – François Baroin, ministre de l'Economie et des finances

Qu'est-ce que VOUS pouvez faire ?

Envoyez-leur un mail pour leur dire votre façon de penser ! Envoyer un mail à Henri Guaino Son adresse mail : enri.guaino@elysee.f Surtout n'oubliez pas de mettre obilisation@oxfamfrance.or en copie : de cette façon nous pourrons savoir combien de mails ont été envoyés. Le texte que nous vous proposons de lui envoyer : Monsieur Guaino, Vous avez déclaré que la France prendrait "une décision sur la taxation des transactions financières avant la fin du mois de janvier". C'est chose faite, même si Taïwan, l'Angleterre ou le Brésil ont fait déjà bien mieux avec des taxes à 3, 4 ou 12 milliards ! _ Mais la France ne devait-elle pas "montrer l'exemple" ? Nicolas Sarkozy, face à l'Union Africaine, n'a-t-il pas scandé "qu'à un moment, il y a le discours, et l'exemple que l'on montre" ? Si votre engagement et celui du Président de la République est réel, vous devez faire de cette taxe un outil historique, efficace et durable, pour la lutte contre l'extrême pauvreté et le changement climatique. _ Nicolas Sarkozy s'y est engagé à la Conférence de Copenhague sur le changement climatique en 2009, au sommet des Nations Unies pour le développement en 2010, au Forum économique mondial de Davos, au sommet de l'Union africaine, au partenariat mondial pour l'éducation en 2011 et au sommet du G20 en novembre dernier. Une telle demande est désormais partagée par Bill Gates dans son rapport sur les financements innovants commandé par Nicolas Sarkozy, par 500 000 Européens ayant signé la pétition de la campagne "Taxe Robin des Bois" ainsi que par 61% des Français [1]. Monsieur Guaino, en plus de soutenir une taxe au rabais, allez vous faire mentir le Président de la République ? Envoyer un mail à Xavier Musca Son adresse mail : [xavier.musca@elysee.fr->mailto:xavier.musca@elysee.fr] Surtout n'oubliez pas de mettre obilisation@oxfamfrance.or en copie : de cette façon nous pourrons savoir combien de mails ont été envoyés. Le texte que nous vous proposons de lui envoyer : Monsieur Musca, Le 30 janvier, le Président de la République Nicolas Sarkozy a décidé d'instaurer une taxe française sur les transactions financières. Ce sera chose faite en février et nous le saluons ! Mais la France ne devait-elle pas "provoquer un choc, montrer l'exemple" ? Nicolas Sarkozy, face à l'Union Africaine, n'a-t-il pas scandé "qu'à un moment, il y a le discours, et l'exemple que l'on montre" ? Si votre engagement et celui du Président de la République est réel, vous devez faire de cette taxe un outil historique, efficace et durable, pour la lutte contre l'extrême pauvreté et le changement climatique. Nicolas Sarkozy s'y est engagé à la Conférence de Copenhague sur le changement climatique en 2009, au sommet des Nations Unies pour le développement en 2010, au Forum économique mondial de Davos, au sommet de l'Union africaine, au partenariat mondial pour l'éducation en 2011 et au sommet du G20 en novembre dernier. Une telle demande est désormais partagée par Bill Gates dans son rapport sur les financements innovants commandé par Nicolas Sarkozy, 500 000 européens ayant signé la pétition de la campagne "Taxe Robin des Bois" ainsi que 61% des Français. Monsieur Musca, allez vous faire mentir le Président de la République ? Envoyer un mail à François Fillon Son adresse mail : [francois.fillon@pm.gouv.fr->mailto:francois.fillon@pm.gouv.fr] Surtout n'oubliez pas de mettre obilisation@oxfamfrance.or en copie : de cette façon nous pourrons savoir combien de mails ont été envoyés. Le texte que nous vous proposons de lui envoyer : Monsieur Fillon, Le 30 janvier, le Président de la République Nicolas Sarkozy a décidé d'instaurer une taxe française sur les transactions financières. Ce sera chose faite en février et nous le saluons ! Mais la France ne devait-elle pas "provoquer un choc, montrer l'exemple" ? Nicolas Sarkozy, face à l'Union Africaine, n'a-t-il pas scandé "qu'à un moment, il y a le discours, et l'exemple que l'on montre" ? Si votre engagement et celui du Président de la République est réel, vous devez faire de cette taxe un outil historique, efficace et durable, pour la lutte contre l'extrême pauvreté et le changement climatique. Nicolas Sarkozy s'y est engagé à la Conférence de Copenhague sur le changement climatique en 2009, au sommet des Nations Unies pour le développement en 2010, au Forum économique mondial de Davos, au sommet de l'Union africaine, au partenariat mondial pour l'éducation en 2011 et au sommet du G20 en novembre dernier. Vous vous y êtes vous même engagé devant la France le 30 janvier dernier. N'était-ce qu'une simple erreur d'éléments de langage ? Une telle affectation est désormais partagée par Bill Gates dans son rapport sur les financements innovants commandé par Nicolas Sarkozy, 500 000 européens ayant signé la pétition de la campagne "Taxe Robin des Bois" ainsi que 61% des Français. Monsieur le Premier ministre, allez-vous décevoir les Français ? Envoyer un mail à François Baroin Son adresse mail : [Sp-Eco@cabinets.finances.gouv.fr->mailto:Sp-Eco@cabinets.finances.gouv.fr] Surtout n'oubliez pas de mettre obilisation@oxfamfrance.or en copie : de cette façon nous pourrons savoir combien de mails ont été envoyés. Le texte que nous vous proposons de lui envoyer : Monsieur Baroin, Le 30 janvier, le Président de la République Nicolas Sarkozy a décidé d'instaurer une taxe française sur les transactions financières. Ce sera chose faite en février et nous le saluons ! Mais la France ne devait-elle pas "provoquer un choc, montrer l'exemple" ? Nicolas Sarkozy, face à l'Union Africaine, n'a-t-il pas scandé "qu'à un moment, il y a le discours, et l'exemple que l'on montre" ? Si votre engagement et celui du Président de la République est réel, vous devez faire de cette taxe un outil historique, efficace et durable, pour la lutte contre l'extrême pauvreté et le changement climatique. Nicolas Sarkozy s'y est engagé à la Conférence de Copenhague sur le changement climatique en 2009, au sommet des Nations Unies pour le développement en 2010, au Forum économique mondial de Davos, au sommet de l'Union africaine, au partenariat mondial pour l'éducation en 2011 et au sommet du G20 en novembre dernier. Une telle demande est désormais partagée par Bill Gates dans son rapport sur les financements innovants commandé par Nicolas Sarkozy, 500 000 européens ayant signé la pétition de la campagne "Taxe Robin des Bois" ainsi que 61% des Français. Monsieur Baroin, allez vous faire mentir le Président de la République ?

Quoi de plus simple qu'un coup de téléphone ? Appelez Henri Guaino !

Première étape : Installez-vous dans un endroit calme, vous avez rendez-vous avec l'Elysée ! _ Prenez le temps de lire les arguments ci-dessous et de vous familiariser avec. Il y a peu de chances qu'on vous mette en relation avec Henri Guaino, mais les secrétaires de l'Elysée ont là pour vous écouter et faire passer votre message ! Soyez poli-e, calme et naturel-le. Restez concentré-e sur le message que vous voulez faire passer, et rappelez-vous que votre démarche est tout à fait légitime, les conseillers de l'Elysée se doivent d'être à l'écoute des citoyens ! Deuxième étape : Appelez le Cabinet de la présidence de la République : 01 42 92 81 00 _ Demandez à parler au secrétariat de monsieur Guaino. _ Expliquez que vous appelez pour parler de la taxe sur les transactions financières qui va être discutée mercredi en conseil des Ministres. Voici un exemple de comment la conversation peut se dérouler : _ – Cabinet de la présidence de la république, bonjour _ – Bonjour, je souhaiterais parler au secrétariat de monsieur Guaino _ – Un instant, je vous mets en relation _ – Présidence de la République, bonjour _ – Bonjour, je suis bien au secrétariat de monsieur Guaino ? _ – Oui _ – Je vous appelle parce que je souhaite attirer l'attention de monsieur Guaino sur la taxe sur les transactions financières qui a été annoncée par Nicolas Sarkozy dimanche dernier. Je sais qu'elle va être discutée en conseil des Ministres ce mercredi. _ Le Président de la République s'était engagé à plusieurs reprises à ce que cette taxe aille au développement mais il a fait machine arrière et je trouve ça très préoccupant. Je pense vraiment, et je ne suis pas la/le seul-e, que cette taxe doit financer la lutte contre la pauvreté et le réchauffement climatique. _ Nicolas Sarkozy a dit lui-même que la France devait montrer l'exemple, mais il propose maintenant une taxe au rabais, alors qu'il est possible d'être beaucoup plus ambitieux. Je tenais à faire passer ce message auprès de Monsieur Guaino. _ – Dans ce cas, écrivez plutôt un mail à monsieur Guaino, c'est mieux. _ – Très bien, je vais le faire / Oui je l'ai déjà fait. Merci d'avoir pris le temps de m'écouter. Je vous remercie de lui faire part de mon appel. Bonne journée." Si on vous demande qui vous êtes, ou de la part de qui vous appelez, voici ce que nous vous conseillons de répondre : _ "Je m'appelle [votre prénom], je suis un-e citoyen-ne concernée par la solidarité internationale. J'ai signé la pétition pour une Taxe Robin des Bois, dont les 500 000 signatures ont été remises à Nicolas Sarkozy juste avant le G20." Si on vous propose de laisser vos coordonnées pour vous recontacter, n'hésitez pas à le faire. – Il est possible aussi qu'on ne vous laisse pas finir et qu'on vous coupe d'un "écoutez, nous n'avons vraiment pas le temps, envoyez un mail". _ Dans ce cas, répondez poliment "Je comprends, je vais faire un mail à monsieur Guaino pour lui dire qu'il faut que la taxe serve au développement, merci de votre patience et merci d'avance d'informer monsieur Guaino de mon appel. / Je comprends, j'ai déjà fait un mail à monsieur Guaino pour lui dire qu'il faut que la taxe serve au développement, mais je voulais simplement m'assurer que le message était bien passé. Je vous remercie de votre patience." Enfin, il est aussi possible (ce sera la preuve que notre pression produit ses effets) qu'on vous passe directement un conseiller de l'Elysée ! Dans ce cas, pas de panique, il ne s'attend pas à ce que vous soyez un expert, simplement un-e citoyen-ne engagé-e. _ Restez concentré-e sur votre message : vous souhaitez que la taxe sur les transactions financières soit affectée au développement, comme Nicolas Sarkozy l'a promis à plusieurs reprises. Si il vous pose des questions auxquelles vous ne savez pas répondre, proposez de vous renseigner et de le recontacter, et demandez-lui sa ligne directe ou son adresse mail. Remerciez-le de l'attention qu'il porte à votre demande, et rappelez-lui de bien en parler au Conseil des ministres. Troisième étape Très important : surtout n'oubliez pas de nous dire comment ça s'est passé, soit en nous envoyant un email à [mobilisation@oxfamfrance.org->mobilisation@oxfamfrance.orgmailto:mobilisation@oxfamfrance.org], soit en postant sur notre [page Facebook->http://www.facebook.com/pages/Oxfam-France/14053295787], vous pouvez aussi le raconter sur votre blog, sur Twitter, et surtout inciter vos proches à faire de même !

Diffusez l'action

Plus nous serons nombreux à écrire à messieurs Guaino, Musca, Fillon et Baroin, à appeler le secrétariat de l'Elsyée, bref, à faire du bruit pour la taxe, plus nos demandes serons entendues ! Sur Facebook, partagez cette action soit directement [depuis notre page->http://www.facebook.com/pages/Oxfam-France/14053295787], soit en publiant ce lien sur votre profil : http://bit.ly/zR4JpG _ NB : vous pouvez 'taguer' Oxfam France sur Facebook en écrivant @Oxfam France lorsque vous mettez à jour votre statut Sur Twitter, laissez parler votre inspiration ou piochez dans nos suggestions ci-dessous : _ Avec @oxfamfrance passez un coup de fil à Henri Guaino et faites-vous entendre au Conseil des ministres #TTF http://bit.ly/zR4JpG _ A qui devez-vous envoyer un mail aujourd'hui ? http://bit.ly/zR4JpG _ 3 jours pour agir avec @oxfamfrance pour une VRAIE Taxe Robin des Bois http://bit.ly/zR4JpG

;