Quand je vous dis "évasion", vous pensez destinations lointaines ? Soleil et nature ? Ou encore escapade dans une capitale européenne ?

Pour d’autres, "évasion" est synonyme de milliards cachés à l’abri de coffres-forts, hors de portée de celles et ceux à qui cet argent devrait légitimement revenir.

A travers le monde entier, des multinationales font voyager leurs bénéfices à travers des paradis fiscaux et volent ainsi des centaines de milliards de dollars aux pays pauvres comme aux pays riches. Dernières en date à s’être fait prendre la main dans la valise, Apple et Amazon ne sont que deux des multinationales qui ont défrayé la chronique pour ne pas avoir payé leur juste part d’impôt.

Santé !

De Londres à Lima, de Bruxelles à Bamako, l’évasion fiscale de multinationales, qui génèrent des bénéfices colossaux, nous touche toutes et tous. Elle prive nos pays des fonds nécessaires pour construire des routes, des écoles, des hôpitaux…

L’évasion fiscale des entreprises a des conséquences encore plus dramatiques dans les pays pauvres. Un exemple : en 2011, le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée – les trois pays les plus gravement touchés par le virus Ebola – ont perdu 287,6 millions de dollars du fait de l’évasion fiscale des entreprises. Cette même année, leurs dépenses de santé n’ont pas dépassé 237 millions. Aujourd’hui, ces fonds auraient pu sauver des vies dans la lutte contre Ebola. À un horizon plus lointain, ils auraient également pu donner aux populations une vraie chance de sortir de la pauvreté.

Un vol organisé

Des négociations pour réécrire les règles internationales relatives à l’impôt ont lieu en ce moment même. Mais seuls les 34 pays les plus riches du monde sont invités à la table. Le Luxembourg, un paradis fiscal, participe aux négociations sur la réforme du système fiscal international, mais pas la Sierra Leone, qui est en proie à une épidémie d’Ebola et où l’évasion fiscale des entreprises siphonne les caisses de l’État.

Envie de changement ?

Il est encore possible d’influencer cette réforme du système fiscal international au cours des prochains mois. Nous pouvons changer la direction prise par les négociations et faire en sorte que ces nouvelles règles servent les populations à travers le monde plutôt que les multinationales.

Agissez maintenant pour demander à nos dirigeant-e-s d’instaurer la justice fiscale.


Manon Aubry,
Responsable de plaidoyer Evasion Fiscale

;