Oxfam France, 25 ans d’engagements : le témoignage de David Eloy, rédacteur en chef d’Altermondes

Cette année, Oxfam France fête ses 25 ans. 25 ans d'engagements, 25 ans de mobilisations pour un monde plus juste sans pauvreté. Pour remercier tous nos donateurs, bénévoles, adhérents, militant-e-s qui nous ont accompagné toutes ces années et continuent à nous soutenir aujourd'hui, nous leur donnons la parole tout au long de l'année 2013.

Chaque mois, découvrez les personnes qui partagent avec nous les valeurs du réseau Oxfam : citoyenneté active, conviction que la pauvreté n’est pas une fatalité et qu’elle peut être combattue par la volonté politique des décideurs et la mobilisation de citoyens éclairés et indignés contre les inégalités.

David Eloy, rédacteur en chef d'Altermondes

Comment avez-vous connu Oxfam France ?

Je suis arrivé en voisin ! En 1998, Oxfam France, qui s'appelait alors "Agir ici pour un monde solidaire", partageait ses locaux avec le CRID, un collectif d'associations de solidarité internationale, qui venait de me recruter comme objecteur de conscience. J'avais 24 ans, je débarquais de ma contrée nordiste et je ne connaissais pas grand-chose (pour ne pas dire rien) à la solidarité internationale. Grosse période d'apprentissage et d'acculturation aux côtés de personnes à l'engagement aussi historique qu'impressionnant, ceux que l'on appelait alors les "dinosaures".
Depuis mon bureau, je voyais, à l'autre bout de l'étage, une jeune équipe s'activer, s'énerver, s'agiter dans tous les sens pour monter des campagnes d'opinion et interpeller des décideurs. J'ai tout de suite accroché avec l'équipe (Céline, Françoise, Marie-Line… et le jeune Sébastien F., alors stagiaire), son esprit, son énergie et surtout sa philosophie de l'action.
Deux ans plus tard, Agir Ici me proposait d'entrer dans son conseil d'administration. C'était l'époque – heureusement révolue – où les administrateurs étaient cooptés. Pourquoi moi ? Je n'ai toujours pas compris. Enfin si… il paraît que je remplissais une série de critères permettant de diversifier la composition du conseil d'administration. J'y suis resté quatre ans. Quatre années stimulantes et bien remplies. Je suis parti après que nous ayons validé le projet d'adhésion à Oxfam International. Une nouvelle et belle aventure que je continue de suivre en tant que signataire et donateur.

Que souhaiteriez-vous à Oxfam France pour cet anniversaire et les années à venir ?

De continuer à porter haut et fort les valeurs et les principes de l'engagement citoyen. De, surtout, encore et toujours, surprendre, titiller, déranger, bousculer l'ordre établi et le prêt à penser. Faut que ça gratte ! Les ONG sont devenues des acteurs incontournables dans le dialogue avec les décideurs. C'est une avancée qu'il faut saluer (même si beaucoup de chemin reste à parcourir). Par contre, gardons-nous de devenir des institutions respectables, des notables de l'engagement. On finit toujours par s'endormir dans les salons cossus. Rester une organisation vivante et effervescente, c'est ce que je souhaite à Oxfam France pour l'avenir.

Quelle est la campagne qui vous a le plus marqué ?

Robin des Bois sur la Taxe sur les transactions financières. Un sujet majeur, un traitement décalé… Bon, les gouvernements n'ont pas complètement suivi mais, ça, c'est un peu une vieille habitude, non ?

Un résultat, une rencontre, vous a-t-elle particulièrement marqué ?

Le Hameau de Farnières (Belgique) et son abbaye, où s'est tenu, au début des années 2000, un "week-end au vert", pendant lequel le conseil d'administration et les salariés ont réfléchi pendant trois jours et réinventé l'avenir de l'association qui allait devenir Oxfam France. Et ça, c'était le programme studieux des journées…

Oxfam France a 25 ans cette année, quel regard portez-vous sur ces 25 ans d'actions ?

Il y a 25 ans, Agir Ici était la première organisation en France à mener des campagnes d'opinion. La mobilisation citoyenne prenait enfin corps, les citoyennes et les citoyens trouvaient là une voix d'expression. Une révolution rapidement copiée par de nombreuses organisations. Oxfam France, à sont tour, a contribué à ancrer la culture du plaidoyer et du lobbying dans le monde associatif français. Oxfam France a participé à l'écriture de belles pages de l'histoire de la société civile française. C'est un héritage précieux.