Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France

Le 15 juin 2018, Cécile Duflot a pris la direction générale d’Oxfam France, et poursuit ainsi les combats qu’elle a menés en tant que femme politique et citoyenne, animée d’une volonté constante de s’engager pour un monde plus juste, durable et solidaire.

Un parcours marqué par l’engagement

Avec deux parents syndiqués, Cécile Duflot a baigné dans l’engagement citoyen dès sa jeunesse. Elle est ainsi membre de la Jeunesse ouvrière chrétienne et de la ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Durant ses années de formation en urbanisme, elle milite au sein du Genepi (groupement étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées), auprès des personnes incarcérées. Elle y est écrivain public à la prison de la Santé.

Après des études en géographie et urbanisme, elle intègre l’ESSEC (Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales), où elle obtient un MBA en 2000.

A la sortie de ses études, Cécile Duflot entame sa vie professionnelle dans un groupe immobilier spécialisé dans le logement social à Créteil.

Elle poursuit en parallèle un engagement politique, en adhérent en 2001 au parti écologiste Les Verts. Militante au niveau municipal, Cécile Duflot s’implique progressivement dans la gouvernance du parti. Dès 2003, elle rejoint le collège exécutif, l’instance de direction des Verts, puis en devient la porte-parole en 2005. En 2006, elle est élue Secrétaire nationale du parti, et devient ainsi la plus jeune à avoir occupé ce poste. Elle occupe cette fonction jusqu’en 2012. Oeuvrant pour le rassemblement, Cécile Duflot contribue à la création d’Europe Ecologie – les Verts, qui fédère différents courants politiques écologistes, en vue des élections européennes de 2009, avec une stratégie payante qui conduira à un fort succès électoral.

De 2012 à 2014, sous la présidence de François Hollande, elle devient ministre de l’Egalité des territoires et du logement, dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Elle est élue dans le même temps députée de la sixième circonscription de Paris, mandat qu’elle occupe jusqu’en juin 2017.

Cécile Duflot a aussi poursuivi son engagement en faveur de la solidarité internationale en tant qu’administratrice de l’Agence Française de Développement.

Cécile Duflot avec les équipes d'Oxfam au Tchad, pour aller à la rencontre des communautés et partenaires locaux des programmes de soutien aux populations impactées par la crise Boko Haram.

Promouvoir l’engagement citoyen avec Oxfam France

« Pour lutter contre la pauvreté, pour faire reculer les inégalités, pour aider celles et ceux qui en ont besoin, il faut influer sur les choix politiques et économiques. C’est ce que fait Oxfam France depuis 30 ans et ce pourquoi je la rejoins »

En 2018, c’est aux côtés d’Oxfam France qu’elle décide de poursuivre son engagement citoyen, en prenant la direction générale de l’organisation au mois de juin. Sa décision de quitter la politique pour rejoindre l’association s’inscrit, selon ses mots, dans cette volonté « de continuer à agir, mais différemment ».

En prenant la direction générale de l’organisation, Cécile Duflot décide de mettre ses convictions, son expérience et son énergie au service du projet ambitieux qui anime l’association depuis sa création en 1988 : mobiliser le pouvoir citoyen pour lutter contre les inégalités et la pauvreté.

Face au constat de la persistance de la pauvreté et de l’accroissement des inégalités, il est impératif de développer des modes d’action multiples, d’inverser les rapports de force face à des intérêts puissants en renforçant le contre-pouvoir citoyen.

« Je veux dire aux gens que l’on peut agir de plein de manières différentes et que cet engagement est nécessaire. Pour lutter contre la pauvreté, pour faire reculer les inégalités, pour aider celles et ceux qui en ont besoin, il faut influer sur les choix politiques et économiques. C’est ce que fait Oxfam France depuis 30 ans et ce pourquoi je la rejoins » explique Cécile Duflot lors de sa prise de fonction.

Rejoindre Oxfam France est également l’opportunité pour Cécile Duflot de poursuivre son combat féministe. L’organisation, engagée dans la défense des droits des femmes à travers le monde et dans la promotion de l’égalité femmes-hommes, est déterminée à développer une approche féministe du pouvoir.

Pour Cécile Duflot, « Oxfam est une organisation qui porte l’ambition de changer le monde en agissant sur les grands fléaux qui minent notre société. Oxfam s’attaque depuis des années à l’accroissement des inégalités, mais aussi aux conséquences du changement climatique ou encore à la défense des droits des personnes déplacées. Ce sont des combats ambitieux, dont je suis convaincue de l’absolue nécessité et dans lesquels j’ai souhaité m’investir et apporter mon expérience. Développer l’organisation, porter ses messages et ses actions auprès du plus grand nombre, en un mot faire grandir cet incroyable mouvement citoyen mondial, voilà les défis qui m’attendent pour ces prochaines années ».

Représentations

Conseil d’Administration de Coordination Sud

Articles et témoignages

Echange avec Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International, à l’occasion des 30 ans d’Oxfam, 9 février 2019 :« Agissez en vos lieux et pensez avec le monde »

Carnet de route, Tchad, juin 2018 : Lac Tchad : retour de mission des équipes Oxfam

Retour sur le voyage au Liban  à la rencontre des équipes et des partenaires d’Oxfam; avril 2019 : « Oxfam au Liban : répondre aux situations d’urgence et se mobiliser contre les inégalités et la pauvreté »

Communiqué de presse annonçant la prise de fonction de Cécile Duflot en tant que directrice générale d’Oxfam France, 5 avril 2018. 

Tribunes dans les médias

Tribune dans La Croix, à l’occasion du débat organisé au Collège des Bernardins sur le même thème, 15 mai 2019 : « Quels défis pour l’Europe »

Tribune dans le Journal du Dimanche, 7 décembre 2018 : « Il faut répondre à la colère des Gilets jaunes par la justice fiscale »

Tribune avec Claire Le Privé, responsable de campagne humanitaire à Oxfam France, dans AOC, 29 juin 2018 : « La France et l’Italie ont perdu la raison à Vintimille »