Afghanistan : Prisonniers de la guerre

Les civils et la stratégie internationale de sécurité en Afghanistan

A la veille du 60è anniversairede l'OTAN, les principales organisations humanitaires travaillant en Afghanistan, l'arrivée de nouveaux soldats en Afghanistan pourrait affecter davantage la population si les forces militaires internationales ne font pas de la sécurité des civils la priorité de leurs opérations.

Onze organisations de solidarité internationale, dont Oxfam, CARE, ActionAid et Save The Children UK, publient ce rapport, intitulé "Prisonniers de la guerre", selon lequel les forces militaires internationales, dont celles de l’OTAN, doivent changer radicalement les modalités d’opération de leurs soldats en Afghanistan.

En 2008, 2 100 civils ont trouvé la mort, soit 30% de plus que l’année précédente. Bien que 55% des décès civils soient imputables aux activités des milices, l’augmentation de 70% du nombre de victimes (au nombre de 552) causées par les frappes aériennes des forces progouvernementales, soulève de sérieuses inquiétudes.

Nicolas Vercken d’Oxfam France, déclare : "Le renfort en troupes ne permettra pas d’améliorer le niveau général de sécurité et de stabilité tant que celles-ci ne mettront pas la protection des civils afghans au cœur de leurs priorité .Malgré les mesures prises pour minimiser les pertes civiles, ainsi que des appels répétés à la modération, un recours excessif à la force est à l’origine de morts et de destructions matérielles dans trop d’opérations militaires des troupes étrangères. Cela alimente la colère, la peur et le ressentiment parmi les Afghans, tout en érodant petit à petit le soutien dont bénéficie la présence internationale."

Les ONG demandent aux forces militaires présentes en Afghanistan, dont celles de l’OTAN, de s’engager davantage à réduire le nombre de victimes civiles, en durcissant par exemple les règles concernant les frappes aériennes, en limitant le recours à la force lors des raids nocturnes, et en exerçant une surveillance rigoureuse des opérations des forces spéciales.

Auteur(s) du rapport

11 organisations internationales travaillant en Afghanistan