Impact rapide, effondrement rapide : le danger de l’aide militarisée en Afghanistan

Alors qu'une conférence sur l'Afghanistan se tenait à Londres le 28 janvier 2010, plusieurs ONG, dont Oxfam International, ont souligné dans un rapport publié la veille, que l'utilisation de l'aide par les forces militaires internationales comme une arme de guerre destinée à "gagner les cœurs et les esprits de la population indigène" mettait en danger la population afghane.

Huit ans après la chute des Talibans, les besoins humanitaires et de développement en Afghanistan sont toujours aussi criants. Il ne fait aucun doute que les Afghans ont obtenu quelques améliorations, par exemple un accès plus large aux soins médicaux et à l’éducation.

Mais une trop grande partie de l'aide s’est orientée vers des "dépannages d’urgence" et des solutions provisoires, au lieu de se concentrer sur ce qui pourrait engendrer à long terme des résultats positifs et durables pour les Afghans. Avec les pressions politiques pour "montrer des résultats" qui s’intensifient dans les pays qui déploient des troupes en Afghanistan, l’aide passe de plus en plus par des acteurs militaires afin de "gagner les cœurs et les esprits". Mais on néglige dans le même temps les efforts nécessaires pour s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté et reconstruire le chaos causé par trois décennies de conflit et de désordre.

Auteur(s) du rapport

Oxfam / Action Aid / AfghanAid / CARE / Christian Aid / Concern Worldwide / Norwegian Refugee Council / Trocaire

;