Une économie au service des 99 %

Il est temps de construire une économie centrée sur l’humain qui profite à tous, et non à quelques privilégiés

16/01/2017

Le rapport "Une économie au service des 99%", publié aujourd’hui par Oxfam en amont de la rencontre annuelle de l’élite économique et politique à Davos, révèle que huit personnes détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité.

Ce rapport illustre en détail comment les grandes entreprises et les individus les plus riches exacerbent les inégalités, en exploitant un système économique défaillant, en éludant l’impôt, en réduisant les salaires et en maximisant les revenus des actionnaires. Le rapport préconise un nécessaire changement de paradigme, vers une économie centrée sur l’humain, qui bénéficie à l’ensemble de la population, et non à une poignée de privilégiés seulement.

Nos économies concentrent les richesses aux mains d’une élite, aux dépens des couches les plus pauvres de la société qui sont majoritairement des femmes. Les plus fortunés accumulent ces richesses à un tel rythme que le premier « super-milliardaire » du monde pourrait voir son patrimoine dépasser le millier de milliards de dollars dans 25 ans à peine. 

Dans le monde, depuis 2015, les 1 % les plus riches détiennent désormais autant de richesses que les 99 % restants. Entre un capitalisme débridé, le recours massif à l’évasion fiscale, la pression sur les travailleurs et les producteurs, il est clair que les fruits de la croissance ne sont pas équitablement partagés.Sept personnes sur dix vivent dans un pays où les inégalités se sont accentuées au cours des trente dernières années. La France n’est pas épargnée par ce fossé entre les plus riches et les plus pauvres : les 21 personnes les plus riches détiennent autant que les 40 % les plus pauvres. Et la tendance est à l’accroissement des écarts : alors que le niveau de vie mensuel moyen des français les plus riches a progressé de 272 euros de 2003 à 2014, celui des plus pauvres a diminué de 31 euros au cours de la même période.

Les inégalités ne sont pourtant pas une fatalité, elles peuvent être corrigées. Il est désormais clair que le modèle actuelle doit être transformé et laisser place à une économie centrée sur l’humain, qui serve le plus grand nombre, au lieu d’une petite minorité privilégiée.

 

Ce communiqué a été produit avec le soutien financier de la Commission européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité d'Oxfam France et ne reflète pas nécessairement les positions de la Commission européenne et de ses services.