Paradis fiscaux : réaction d’Oxfam France au « blanchiment » de Monaco

Monaco, qui figurait sur la liste grise des paradis fiscaux de l'OCDE, vient d’annoncer être « {en mesure} » d’intégrer la liste blanche, grâce à la signature de 12 accords d’échange d’information fiscale aux standards de l’OCDE, conformément aux critères validés par les membres du G20 en avril dernier à Londres.

Pour Maylis Labusquière, d’Oxfam France :

« Monaco peut remercier les 12 Etats prêts ainsi à témoigner généreusement de la toute nouvelle volonté de transparence de la Principauté. Saluons donc les principaux partenaires de cet exploit encore inimaginable avant le G20 d’avril 2009 : la Principauté d’Andorre, l'Autriche, les Bahamas, le Liechtenstein, le Luxembourg, Qatar, Samoa, Saint Marin et Saint Kitts…des territoires dont la réputation n’est plus à faire…

Ils figurent dans cette liste aux côtés de la France et des Etats-Unis qui seront présents au G20 de Pittsburg et pourront alors s’y féliciter des progrès accomplis dans la lutte contre les paradis fiscaux.

Cette annonce de Monaco nous laisse une fois de plus perplexes sur les comptes d’apothicaire auxquels nous assistons depuis avril dernier. »

Oxfam France rappelle à cette occasion que seule la mise en place d’un traité multilatéral d’échange d’information auquel devra adhérer l’ensemble des paradis fiscaux permettra à tous les pays d’avoir accès aux mêmes informations, sur un pied d’égalité, y compris pour les pays les plus pauvres qui n’ont pas les capacités de négocier des traités bilatéraux dont l’efficacité n’a pas encore été démontrée.

Oxfam France rappelle que si la fraude fiscale affecte les pays du Nord, la perte est colossale pour les pays du Sud : 800 milliards d’euros s’évadent des pays du Sud chaque année vers les paradis fiscaux. Soit dix fois plus que ce que ces pays reçoivent en aide publique des pays riches.

Pour plus d'informations, téléchargez le dossier d'Oxfam France :

« aradis fiscaux : à quand la fin des petits arrangements entre amis  »

Contact

Contact presse :

agali Rubin, + 33 (0)1 56 98 24 45 / + 33 (0)6 30 46 66 04

Notes aux rédactions

;