Accords de partenariat économique : les militants de 30 pays demandent à l’Union européenne de revoir radicalement sa copie

Le 27 septembre 2009 marque le 7ème anniversaire du lancement des négociations des Accords de partenariat économique (APE). Depuis 2004, les organisations de la société civile de l’Union européenne (UE) et des pays d’Afrique des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont intitulé cette journée « {Journée mondiale d’action contre les APE} » pour protester contre la démarche européenne sur les APE.

Plus de 80 organisations de 30 pays d’Europe, d’Afrique et de la région Pacifique ont appelé aujourd’hui les décideurs français et européens, par le biais d’envoi massif de fax et d’e-mail, à revoir totalement leur copie dans les négociations en cours.

« A l’origine les APE étaient supposés soutenir le développement et l’intégration régionale des pays ACP, mais la stratégie de l’UE a complètement détruit ces objectifs » explique Jean-Denis Crola, d’Oxfam France.

« Les flexibilités auxquelles la Commission européenne s’est engagée publiquement n’ont jamais été traduites dans les faits. Au contraire, la Commission continue à faire pression pour une libéralisation plus rapide et plus poussée, complètement inappropriée pour les économies de ces pays » poursuit-il.

Les militants ont accusé l’Union européenne de continuer à faire pression sur les pays ACP, afin que ceux-ci s’engagent sur des mesures qui vont bien plus loin que ce qu’ils ont négocié au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Les organisations de la société civile des pays ACP ont de leur coté appelé leurs gouvernements à ne pas céder à la pression de la Commission européenne et appellent à une suspension des négociations tant que la crise financière ravage leurs économies.

« Conclure les APE sur les critères actuels réduirait considérablement les marges de manœuvre politiques des pays ACP, les empêchant de mettre en place les mesures nécessaires pour soutenir leurs économies, défendre leurs emplois, leur droit à la sécurité alimentaire et à un développement durable » souligne Hélène Cabioc’h de l’AITEC.

« L’UE doit impérativement respecter la position des pays ACP et cesser d’imposer la libéralisation des services, la négociation de règles de propriété intellectuelle ou d’accords d’investissement qui sont défavorables aux pays ACP, et qui ont été rejetées en bloc à l’OMC par l’ensemble des pays en développement. Elle ne doit pas non plus imposer des clauses qui limitent les capacités des pays ACP à répondre efficacement aux crises économiques, financières et alimentaires » conclut Frédéric Viale d’ATTAC.

Notes

Le texte de l’appel international, l’analyse des négociations en 2009 et la position de la société civile sont disponibles à l’adresse : ttp://epawatch.eu

Organisations signataires :

AITEC ; ATTAC ; CCFD – Terre solidaire ; Oxfam France ; Union syndicale Solidaires.

Contact

Contact presse :

agali Rubin, + 33 (0)1 56 98 24 45 / + 33 (0)6 30 46 66 04

Notes aux rédactions

communiques-de-presseArray
(
    [0] => WP_Term Object
        (
            [term_id] => 687
            [name] => Communiqués de presse
            [slug] => communiques-de-presse
            [term_group] => 0
            [term_taxonomy_id] => 687
            [taxonomy] => category
            [description] => 
            [parent] => 0
            [count] => 1213
            [filter] => raw
            [cat_ID] => 687
            [category_count] => 1213
            [category_description] => 
            [cat_name] => Communiqués de presse
            [category_nicename] => communiques-de-presse
            [category_parent] => 0
        )

)
WP_Post Object
(
    [ID] => 3349
    [post_author] => 2
    [post_date] => 2009-09-25 09:07:00
    [post_date_gmt] => 2009-09-25 07:07:00
    [post_content] => 

Le 27 septembre 2009 marque le 7ème anniversaire du lancement des négociations des Accords de partenariat économique (APE). Depuis 2004, les organisations de la société civile de l’Union européenne (UE) et des pays d’Afrique des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont intitulé cette journée « {Journée mondiale d’action contre les APE} » pour protester contre la démarche européenne sur les APE.
Plus de 80 organisations de 30 pays d’Europe, d’Afrique et de la région Pacifique ont appelé aujourd’hui les décideurs français et européens, par le biais d’envoi massif de fax et d’e-mail, à revoir totalement leur copie dans les négociations en cours. « A l’origine les APE étaient supposés soutenir le développement et l’intégration régionale des pays ACP, mais la stratégie de l’UE a complètement détruit ces objectifs » explique Jean-Denis Crola, d’Oxfam France. « Les flexibilités auxquelles la Commission européenne s’est engagée publiquement n’ont jamais été traduites dans les faits. Au contraire, la Commission continue à faire pression pour une libéralisation plus rapide et plus poussée, complètement inappropriée pour les économies de ces pays » poursuit-il. Les militants ont accusé l’Union européenne de continuer à faire pression sur les pays ACP, afin que ceux-ci s’engagent sur des mesures qui vont bien plus loin que ce qu’ils ont négocié au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Les organisations de la société civile des pays ACP ont de leur coté appelé leurs gouvernements à ne pas céder à la pression de la Commission européenne et appellent à une suspension des négociations tant que la crise financière ravage leurs économies. « Conclure les APE sur les critères actuels réduirait considérablement les marges de manœuvre politiques des pays ACP, les empêchant de mettre en place les mesures nécessaires pour soutenir leurs économies, défendre leurs emplois, leur droit à la sécurité alimentaire et à un développement durable » souligne Hélène Cabioc’h de l’AITEC. « L’UE doit impérativement respecter la position des pays ACP et cesser d’imposer la libéralisation des services, la négociation de règles de propriété intellectuelle ou d’accords d’investissement qui sont défavorables aux pays ACP, et qui ont été rejetées en bloc à l’OMC par l’ensemble des pays en développement. Elle ne doit pas non plus imposer des clauses qui limitent les capacités des pays ACP à répondre efficacement aux crises économiques, financières et alimentaires » conclut Frédéric Viale d’ATTAC. Notes Le texte de l’appel international, l’analyse des négociations en 2009 et la position de la société civile sont disponibles à l’adresse : ttp://epawatch.eu Organisations signataires : AITEC ; ATTAC ; CCFD – Terre solidaire ; Oxfam France ; Union syndicale Solidaires.

Contact

Contact presse : agali Rubin, + 33 (0)1 56 98 24 45 / + 33 (0)6 30 46 66 04

Notes aux rédactions

[post_title] => Accords de partenariat économique : les militants de 30 pays demandent à l’Union européenne de revoir radicalement sa copie [post_excerpt] => Le 27 septembre 2009 marque le 7ème anniversaire du lancement des négociations des Accords de partenariat économique (APE). Depuis 2004, les organisations de la société civile de l’Union européenne (UE) et des pays d’Afrique des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont intitulé cette journée « {Journée mondiale d’action contre les APE} » pour protester contre la démarche européenne sur les APE. [post_status] => publish [comment_status] => closed [ping_status] => closed [post_password] => [post_name] => accords-de-partenariat-economique-les-militants-de-30-pays-demandent-a-lunion-europeenne-de-revoir-radicalement-sa-copie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-10-02 11:58:58 [post_modified_gmt] => 2018-10-02 09:58:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.oxfamfrance.org/pressrelease/accords-de-partenariat-economique-les-militants-de-30-pays-demandent-a-lunion-europeenne-de-revoir-radicalement-sa-copie/ [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw )