Des ONGs exclues sans raison du Sommet de Copenhague !

Alors que les négociations font du sur-place et que les ONGs et les organisations de la société civile réclament de plus en plus fort un accord contraignant fondé sur la justice climatique, les portes du Bella Centre, le lieu du sommet sur le climat à Copenhague, leur sont désormais partiellement fermées. Le RAC et ses associations membres condamnent vivement cette tentative de baillonner les ONGs à la veille de l'arrivée des Chefs d'États.

L'arrivée au Bella Centre a été rude pour l'ensemble des 96 représentants du réseau international des Amis de la Terre dûment accrédités, mais aussi pour ceux de la Via Campesina et d'autres ONGs ou organisations de la société civile. L'entrée leur a été interdite sans raison et sans explication alors qu'ils avaient accès aux lieux la veille.

Pour Sandrine Mathy, présidente du RAC : « Cette mise à l'écart d'organisations de la société civile qui représentent des millions de citoyens de pays du Nord, mais aussi les populations du Sud affectées par les changements climatiques est un déni de démocratie. Elle laisse à penser que certaines délégations souhaitent travailler dans l'opacité. »

Sébastien Godinot, coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre France rajoute : « Les ONGs qui ont mobilisé 100 000 personnes à Copenhague samedi et plusieurs millions pendant les semaines précédentes pour réclamer la justice climatique continueront à faire entendre leur voix, même si cette voix doit venir uniquement de l'extérieur du Bella Centre. Les chefs d'États pourront s'enfermer dans leur bunker, ils leur sera impossible de continuer à faire comme si le reste du monde n'existait pas. »

Pour Karine Gavand, chargée de campagne climat à Greenpeace France : « Les négociations patinent : les États-Unis torpillent le processus et l'Europe est immobile. Guère étonnant que les citoyens et les ONGs s'exaspèrent. Les chefs d'États doivent écouter ce message. »

« L'exclusion des organisations de la société civile illustre l’extrême tension des négociations et la probabilité grandissante d’un échec à Copenhague. Avec une telle décision arbitraire et désormais coupés de l’extérieur, les organisateurs de la conférence font une nouvelle erreur stratégique dans la conduite des négociations : sans transparence, pas d’accord ambitieux possible. » a déclaré Romain Benicchio d’Oxfam France (ire aussi la réaction de Mary Robinson, présidente honoraire d'Oxfam Internationa)

Communiqué du Réseau action climat et des associations membres

||Communiqué envoyé dans le cadre d’une campagne lancée en septembre 2009 et réalisée avec l’aide financière de l’Union européenne. Le contenu de cette campagne relève de la seule responsabilité d’Oxfam France et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.|

Contact

Contact presse :

omain Benicchio – chargé de plaidoyer Oxfam Franc + 44 75 40 70 43 11

Marc Mossalgue, Réseau Action Climat France + 44 75 40 70 26 61

Anne-Sophie Simpere, Les Amis de la Terre France, 06 86 41 53 43

Notes aux rédactions

;