Des stars de cinéma réunies dans un court-métrage en faveur de la taxe européenne sur les transactions financières

Un banquier britannique grincheux face à des financiers européens venus chanter les louanges d’une taxe européenne sur les transactions financières, c’est le point de départ d’un court-métrage lancé aujourd’hui avec le soutien, entre autres, de Clémence Poésy et Bill Nighy :

Ce film est lancé à la veille d’un sommet franco-allemand le 19 février qui pourrait être décisif pour la mise en place d’une telle taxe au niveau européen.

Produit avec le soutien de l’organisation internationale Oxfam et de ses partenaires, ce court-métrage nous projette dix ans plus tard, en 2024, sur le plateau d’une émission de télévision conviant des financiers pour commenter les bienfaits et succès de la taxe européenne sur les transactions financières mise en place dix ans auparavant.

Bill Nighy, qui incarne un banquier plein de regret, représente un pays actuellement hostile à la taxe dite « Robin des Bois ». En revanche, Clémence Poésy, l’Allemande Heike Makatsch et l’Espagnol Javier Cámara, qui arborent un air un peu plus réjoui dans leurs rôles de banquiers, viennent de pays soutenant actuellement le projet d’une taxe européenne dont les revenus serviraient notamment à lutter contre la pauvreté, le changement climatique et les grandes pandémies comme le sida.

Pour les ONG membres de la campagne internationale « Taxe Robin des Bois », qui fait campagne depuis 4 ans autour de cette idée, une toute petite taxe, de 0,01 % à 0,1 %, selon les transactions réalisées, permettrait de lutter contre une spéculation excessive mais également de dégager au niveau européen jusqu’à 37 milliards d’euros par an.

Une pétition internationale a déjà récolté plus de 630 000 signatures en faveur de cette taxe [1].

Le court-métrage est réalisé par David Yates, réalisateur de plusieurs opus d’Harry Potter, avec donc Bill Nighy et Clémence Poésy, mais également Andrew Lincoln (The Walking Dead), Javier Cámara, qui a joué dans La mauvaise éducation et Les Amants passagers et l’actrice allemande Heike Makatsch (Love Actually).

« Si la France, et les dix autres pays qui envisagent sérieusement d’appliquer une telle taxe, décident de passer à l’action, ils pourraient récolter jusqu’à 37 milliards d’euros chaque année. La meilleure chose à faire sera d’utiliser ces fonds pour lutter contre la pauvreté, y compris contre l’épidémie mondiale du sida et le changement climatique », souligne Clémence Poesy.

« Quatre ans après le lancement de la campagne Taxe Robin des Bois, cette minuscule taxe qui pourrait faire tant de bien est en passe de devenir réalité. La France, l’Allemagne et neuf autres pays européens sont sur le point de la mettre en place. Ce serait extrêmement regrettable que le reste du monde rate ce rendez-vous avec l’histoire. Ce ne sera pas tout d’instaurer la taxe. Il faudra encore investir les milliards générés dans la réduction de la pauvreté, chez nous et à l’étranger, et dans la lutte contre le changement climatique », a ajouté Bill Nighy, fidèle soutien de la campagne qui avait déjà joué le rôle d’un banquier hostile à la taxe sur les transactions financières en 2011 [3].

« J’ai accepté de réaliser ce film parce que la taxe Robin des Bois est une idée simple mais géniale. Nous devons tirer les leçons de la crise financière et faire en sorte que les banques et les fonds spéculatifs travaillent dans l’intérêt de la société, et non l’inverse », précise David Yates.

Contact

Magali Rubino
Responsable des relations média
mrubino@oxfamfrance.org
01 56 98 24 45  / 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

Des photos sont disponibles sur demande.

[1] Une pétition internationale vise un million de signature pour demander à François Hollande et aux autres leaders européens de mettre en place une taxe ambitieuse et solidaire avant les élections européennes.

[3] En 2011, Bill Nighy avait déjà soutenu la campagne Taxe Robin des Bois avec un premier court-métrage « Le Banquier ».

;