G20 : réaction d’Oxfam aux déclarations de Nicolas Sarkozy pour une taxe sur les transactions financières

La confédération internationale Oxfam se félicite de la déclaration du Président français sur la taxe sur les transactions financières faite à la presse à la clôture du sommet du G20, le 27 juin 2010.

En confirmant son soutien à la taxe sur les transactions financières après la réunion du G20, Nicolas Sarkozy, le seul leader du G20 à s'être exprimé aussi clairement sur le sujet, affirme que non seulement l'idée d'une telle taxe, également soutenue par l'Allemagne, n'a pas été passée à la trappe par le G20 de Toronto mais reste une opportunité historique pour le développement et le climat.

Pour la France qui aura la responsabilité du G8 et du G20 en 2011, et devra donc transformer cette idée en réalité, au pire seule, au mieux avec l'ensemble des membres du G20 , le compte à rebours commence aujourd'hui.

La confédération internationale Oxfam regroupe des organisations non-gouvernementale indépendantes d'Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Etats-Unis,France, Hong Kong, Inde, Irlande, Japon, Mexique, Nouvelle Zélande, Pays Bas, Royaume Uni, et Québec.

En savoir plus

– Suivez l'actualité des G8 et G20 sur la age spéciale d'Oxfam Franc

Contacts G20 / Oxfam du 21 au 28 juin

– Sébastien Fourmy – Oxfam France, Directeur du plaidoyer et des études, à Toronto : 00 1 416-988-2677
– Justine Lesage – Oxfam Québec, Chargée des relations médias G8/G20 pour la presse francophone, à Toronto : 00 1 647-381-8634 / 001 514-382-7922
– Magali Rubino – Oxfam France, Chargée des relations médias, à Paris :
00 33 6 30 46 66 04

 
||Communiqué envoyé dans le cadre d’une campagne lancée en septembre 2009 sur la lutte contre le changement climatique et réalisée avec l’aide financière de l’Union européenne. Le contenu de cette campagne relève de la seule responsabilité d’Oxfam France et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.|

Contact

Notes aux rédactions

;