Les Nations unies ont annoncé la fin du statut de famine en Somalie

Le 3 février, l'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition de la FAO a annoncé la faim de l'état de famine en Somalie, tout en rappelant que près d'un tiers de la population reste touché par la crise.

« 125 000 enfants ne sont pour l'heure plus concernés par une malnutrition sévère, en grande partie grâce aux efforts des Somaliens eux-mêmes et de l'aide humanitaire dont ils ont pu bénéficier. Cette nouvelle ne peut être qu'applaudie, bien que l'on ne puisse pas encore crier victoire », a déclaré Senait Gebregziabher, directeur pays pour Oxfam en Somalie.

« La Somalie subit encore toujours les conséquences de la pire crise humanitaire de ces dernières décennies. L'insécurité perturbe déjà l'acheminement de l'aide à destination de dizaines de milliers de personnes à un moment critique de la crise. Les avancées engrangées jusqu'à présent risqueront d'être perdues si le conflit s'aggrave et l'accès se complique encore davantage, ou si la communauté internationale réduit son aide. »

« Le fait que, sur le plan statistique, la famine ait cessé ne peut servir d'excuse au monde pour tourner le dos à la Somalie. Nous craignons fortement que la situation humanitaire ne se dégrade à nouveau si la population ne peut s'occuper de ses cultures et de son bétail en toute sécurité, ou si elle ne peut avoir accès à de l'eau potable et de la nourriture sur les marchés. »

Les derniers chiffres publiés par la FSNAU (Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition de la FAO) montrent que la pluie qui est tombée à la fin de l'année 2011 a permis d'obtenir de bonnes récoltes dans les bassins fluviaux. Les informations en provenance des partenaires d'Oxfam en Somalie indiquent également que l'aide humanitaire atteint les populations dans certaines des régions les plus affectées par la crise alimentaire.

Le rétablissement des agriculteurs et des communautés pastorales en Somalie a été soutenu par le biais d'investissements par les acteurs humanitaires dans l'agriculture et les moyens de subsistance des communautés pastorales. Ces investissements incluent la mise à disposition de semences, de matériel et de machines agricoles, l'organisation de formations ainsi que la réparation d'infrastructures. Cette aide favorisera grandement leur rétablissement ; selon la FSNAU, 2,34 millions de personnes sont toujours confrontées à une situation de crise.

Contact

Notes aux rédactions

;